Quel bonheur de débuter cette nouvelle saison de triathlon ! La météo ne se prête pas encore au jeu et il faut beaucoup d’imagination pour se croire à Kona island. Quoi qu’il en soit, la saison a débuté pour moi ce week-end avec le triathlon de Cergy, nouvelle épreuve sur le calendrier.

La semaine qui précède l’épreuve je ne ménage pas mes efforts, grosse séance sur piste (6 x 500m) et grosse sortie vélo avec les amis de Vélosphère en vallée Chevreuse. Je ne fais pas de ce triathlon un objectif, mais juste une mise en jambe. Je profite même de l’occasion pour accompagner Adrien un ami sur son premier triple effort. Il n’a pas choisi la facilité car il s’agit d’un « Maxi courte distance » à savoir 1,6 km en natation, 53 en vélo et pour terminer 12 km à pied. La logique aurait voulu qu’il choisisse la distance « découverte » ayant lieu le même jour. Mais il faut savoir qu’Adrien est têtu, et quand il a une idée en tête…

Réveil à 6h15 pour un petit-déjeuner costaud, la journée va être longue ! J’ai peur de la température de l’eau, je dois l’avouer la natation est une partie qui m’effraie à chaque fois. Soit à cause du climat, soit à cause du nombre de concurrents.

Base de loisirs de Cergy
Parking P3, les concurrents arrivent peu à peu, et commencent l’étalage de belles machines. En triathlon règne une frime que ne connais pas le trail ou l’athlétisme. Quand les concurrents mettent leurs tenues d’apparat et enfourchent leurs fidèles destriers, ils ont tous une allure de vainqueurs !

Je me moque, mais j’avais pour l’occasion mis ma plus belle tenue tri-fonction de chez Craft et opté pour l’indispensable accessoire du triathlète à savoir la visière ! J’avais donc aussi l’apparence d’un pro, mais sans les performances…

Mon poulain est là
J’informe Adrien que je serais avec lui tout au long de cette épreuve, il est ravis car il me l’avoue : « il est mort de trouille » ! Nous regagnons le parc à vélo et plaçons nos affaires dans un ordre méthodique, je lui fait part de ma modeste expérience. Nous enfilons nos combinaisons néoprène, la tension monte. Chacun spécule sur la température de l’eau, les rumeurs annoncent entre 13 et 15 ° dans tous les cas, ce sera froid !

Nous voilà dans l’eau, les pieds glacés. Pas le temps de s’échauffer nous sommes sous les ordres du starter, nous décidons de nous mettre à l’écart du peloton afin de ne pas prendre de coups, mais au signal nous sommes les derniers à nous élancer dans l’eau, ce n’est pas grave…

Comme prévu je perds rapidement le visu d’Adrien, je nage donc à mon allure. Un problème de buée sur mes lunettes vient renforcer mon sentiment de solitude. J’ai l’impression de nager seul au milieu de ce lac, ils sont tous devant ou derrière, mais personne à mes côtés. Dans la dernière partie nous sommes rejoins par ceux de l’épreuve « découverte » partis 20 mn plus tard. Comme souvent à la sortie de l’eau, j’ai la tête qui tourne, je ne peux pas marcher et dois patienter quelques secondes avant de rejoindre l’aire de transition.

T1 : c’est parti pour 53 km de vélo
Je retire ma combinaison néoprène, mais habits sont déjà sur moi, je n’ai qu’a enfiler les chaussures de vélo. Mais avant, je dois attendre mon camarade. Le voilà, avec un grand sourire, il vient de terminer l’épreuve qui l’effrayait. Adrien choisit de se déshabiller et d’enfiler une tenue de cycliste. Il prend son temps, et sans s’en rendre compte, le parc se vide désespérément.  Si bien qu’il ne reste plus que quelques vélos, en clair nous sommes parmi les derniers a quitté le parc.

Après un parcours urbain de 5 km, nous sommes rapidement dans la nature et le parc du Vexin nous accueille. Pas de grosse difficulté, hormis une bosse à mi-parcours. Il y a peu de cycliste devant nous, nous passons la quasi totalité de l’épreuve que tout les deux.

T2 : deux boucles de 6km nous attendent
Adrien est un bon coureur, son chrono sur marathon est proche des 3h. Nous attaquons donc cette dernière partie avec confiance. Il me parle de vitesses de course autour des 14 km/h, je lui dis ne pas partir pas trop vite, car 12 km c’est court mais cela peu aussi être interminable !

Nous rejoignons les concurrents qui attaquent leurs deuxième tours, cela fait du bien de voir du monde. J’ai un flottement du 2e au 5e kilomètre, un coup de mou. Il faut dire que nous sommes en course depuis 3h, je reprends des forces avec un gel et la satisfaction d’entamer la dernière boucle.

Nous y sommes, nous entendons la sono, le speaker annonce nos prénoms à la foule encore nombreuse. Adrien est sur un nuage, il va terminer son premier triathlon, lui qui rêvait de ce sport depuis des années. Je reste en retrait pour le laisser franchir seul la ligne d’arrivée, sous les yeux admiratif de son père. Il a ses grands yeux d’enfants qui pétillent, je suis heureux pour lui. J’ai passé une bonne matinée à partager des sensations et des passions…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

About these ads
commentaires
  1. souchu dit :

    Bravo a vous deux, les gars!j’étais content de voir, de ressentir de près un triathlon et des triathlètes!

  2. fastyler dit :

    Très sympa ce récit!
    J’espère y être l’année prochaine, j’habite à Cergy autant en profiter, il va juste falloir aller nager, beaucoup… :D

  3. runmygeek dit :

    Excellent le concept de triathlon en duo, bienvenue parmis nous :)

  4. Bravo à vous mais surtout à Adrien!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s