Lorsque l’on parle de New York à un coureur, c’est le marathon qui vient immédiatement à l’esprit. Sachez que depuis 2006, il existe aussi un semi de classe internationale. Ce sont Boston et Chicago qui ont ouvert la voie du « Half ». Ce semi est là pour répondre à une demande toujours grandissante de « voyage-course ». Pour Stéphanie notre reporter, pas de soucis, puisqu’elle vit à New York. Elle revient sur cette édition « glacée » du semi de Manhattan.

Samedi 21 Janvier, premier semi-marathon de la série des quartiers de NY, avant ceux de Brooklyn, du Queens, du Bronx, et de Staten Island. Confiante, j’ai retiré mon dossard en avance, étudie le parcours sur internet, une double boucle dans Central Park très vallonnée, bref, tout est prêt.

Et la, vendredi après midi, le mail de NYRR, l’organisateur de la course, tombe dans ma boîte « Weather Alert for the Manhattan Half-Marathon on Saturday ». J’y apprends que les prévisions météo, que je m’étais refusé de regarder jusqu’ici la pour ne pas risquer de baisse de motivation, annoncent de la neige dans la nuit et au moment de la course. L’organisation invite les participants a contrôler le lendemain matin, avant de quitter chez eux, sur le site internet, les éventuelles modifications (voire annulation) que pourrait imposer la météo.

je me dis que la neige attendra bien le finish…
Je déchante en me levant et en jetant un œil par la fenêtre. Au sol, 5 à 10 centimètres de neige, et ca continue a tomber : gros flocons et bourrasques de vent décourageraient n’importe qui de faire une foulée dehors. Sur le site internet, on annonce que le chronométrage est annulé, les conditions glissantes ne permettant pas, pour des raisons de sécurité, de faire de la course un événement compétitif. Ceux qui sont inscrits pour réaliser leur « 9+1 », système par lequel, en courant 9 courses avec le NYRR et en en encadrant une 10e, on obtient un dossard garanti pour le marathon de l’année suivante, valident automatiquement leur crédit, même s’ils restent dans leur lit…

Mais pour ma part, je veux juste courir ce semi ! Il me faut de toute façon une sortie longue sur le week-end, et j’ai payé suffisamment cher le dossard, deux arguments qui triomphent de tous les nombreux autres qui justifieraient de rester au chaud, et me voila partie. Le concierge me prévient « attention, ça glisse », je tarde dans les transports et arrive 5 à 10 minutes après le coup de feu de 8h, mais je me lance quand même, avec les derniers coureurs.

C’est parti pour 2 heures de course
J’aime à croire que je suis reste sous les 2h, mais étant partie en retard, je ne peux me repérer au chrono officiel, il n’y a pas de chronométrage puce, et ma montre m’a lâchée au 4e mile.. qui tiennent plus du trail, entre parties glissantes (et la frustration de devoir se freiner dans les descentes) et neige molle qui donne la même sensation et fatigue que la course sur du sable…

2h de course aussi pendant lesquelles il continue a neiger a gros flocons et avec un vent agressif, surtout bien sûr dans les lignes ou on le prend de face.

Deux heures franchement pas agréables donc (et pour faire une perf, on repassera…) et pourtant… Deux heures aussi dans un Central Park tout blanc, ou tous les sons sont encore plus étouffés que d’habitude, dans un décor enchanteur et surréaliste.

Une ambiance de course débarrassée de toute pression
Deux heures avec juste le défi partage, sous les encouragements des bénévoles qui encadrent le parcours et qui, eux aussi, relèvent un sacré défi en tenant cette place vue les conditions.

Deux heures pour un semi qui ne ressemblera a aucun autre semi… et deux heures au bout desquelles, les jambes lourdes de la neige qui a collé aux chaussures toute la course, j’atteins une ligne d’arrivée qui résonne de la joie des coureurs qui ont relevé le challenge «We did it !».

Je repars fatiguée, frigorifiée, couverte de neige, mais avec des souvenirs d’une course comme aucune autre, d’un plaisir immense malgré (ou à cause de ?) les éléments hostiles… mais néanmoins l’espoir que la prochaine course se fera sous le soleil et sur un terrain sec !

 

 

 

Voila une vidéo de 2008 qui montre bien l’ambiance qui régne au cœur de Manhattan.

Publicités
commentaires
  1. Guy dit :

    Bravo Stéphanie !
    Prévois-tu de faire les semis des autres quartiers de New-York ?

  2. Anonyme dit :

    je ne suis a NYC que jusqu’en juin donc seul celui de Broklyn serait envisageable… Pour le moment je me concentre sur la preparation du marathon de Washington mi mars!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s