Après mon triathlon de la semaine dernière à Cergy comme lièvre, j’avais hâte de savoir ce que je valais sur cette saison 2012 en mode compétition. Sans dévoiler la fin de cet article, je peux d’ores et déjà vous dire que le résultat ne fut pas à la hauteur de mes espérances.

A l’invitation de Salvio je répond présent à ce triathlon courte distance (1,5 km/ 41 km/ 10 km) histoire de me tester en vue de Paris au mois de juillet. Pour l’occasion, toute ma famille a fait le déplacement pour voir comment papa se débrouille dans ce nouveau sport. Malgré cela je suis confiant, le soleil brille sur la région parisienne et la température de l’eau ne sera pas glaciale. Je dois vous l’avouer tout de suite la natation en eau vive est mon gros point faible.

Nous arrivons sur place près de deux heures avant le départ, afin de nous imprégner de l’ambiance. Il est attendu près de 450 concurrents, la ville grouille de vélo. Un rapide tour au plan d’eau et une main plongé dans le lac et j’estime une eau à 17° ce qui n’est pas mal. S’en suit un choix stratégique : combinaison complète ou shorty (jambes courtes et sans manches) ? La complète offre un vrai rempart à la température basse, et une meilleure flottaison, par contre c’est un calvaire pour la retirer ! Je dois à chaque fois m’asseoir dans le parc de transition pour retirer les jambes. Alors qu’avec le shorty, je peux quasiment l’ôter en courant. La décision est prise, j’opte pour la version courte.

Nous sommes avec Salvio mitoyen dans le parc à vélo, ce qui nous permettra de partager notre stress. Il est comme moi effrayé par la partie aquatique, pour lui c’est l’aspect saumâtre de l’eau et son odeur qui le rebute.

Nous sommes parmi les premiers à nous mettre à l’eau
Le départ sera donné immergés à une dizaine de mètres du bord. C’est l’occasion de tester ma combi, pas de soucis, mes bras nus supportent bien la froideur de l’eau. Pour nous économiser, nous nous accrochons au bateau du commissaire de course. Top départ, les 450 triathlètes s’élancent.

Nous sommes avec Salvio très bien placés sur la gauche de la meute, nous esquivons bien les coups. J’aperçois à 500m du parcours Salvio qui me dépasse. Il nage bien plus rapidement que moi, je le laisse filer impuissant. Je me retrouve à nouveau isolé dans la dernière partie du trajet et pour cause je suis dans les derniers.

J’avais l’appréhension comme à chaque fois d’avoir la tête qui tourne en sortant de l’eau, alors je termine les 50 derniers mètres en brasse afin de donner un peu d’inclinaison à mon corps. Cela ne change rien, je regagne le ponton et impossible de marcher, je m’agrippe à une barrière et attendant que cela passe. Je rentre dans le parc à vélo, mon fils me dit « mais qu’est ce que tu fais, tu as avalé une grenouille ? » Je suis à ce moment 424e sur 450, le parc est quasi-dessert, l’avantage c’est que je trouve facilement mon vélo !

La partie cycliste
Je suis dans un premier temps avec des gens en VTT ou des vieux vélos. Ce n’est pas grave, je file ! Au bout de 5 km, nous rejoignons les premiers concurrents, car il y a trois tours à faire. Je me retrouve avec les « cadors », je m’accroche, je roule, je grimpe. Il y a à mi-parcours une côte d’environ 200 m avec un dénivelé de 20%, c’est énorme. J’ai rarement vu cela hormis dans les Alpes.

C’est là que je sors mon arme secrète
J’utilise mon triple plateau, qui m’a valu tant de moquerie à l’achat de la machine. Il me sauve la vie, je laisse la plupart des concurrents sur place, j’adopte un rythme que je ne quitte pas jusqu’en haut de la côte. Ce triple plateau m’avait déjà bien servie dans l’Alpe d’Huez l’an dernier. Il s’en suit un faux plat descendant, suivie d’une grande descente dans laquelle il est impossible de se mettre en position « aéro », à cause des nombreux trous sur la chaussée et des ralentisseurs. Dans le deuxième tour et surtout dans le dernier, il y a de nombreuses personnes qui mettent le pied-à-terre terrassé par l’ascension. C’est une chose assez rare en triathlon. C’est d’ailleurs dans cette monté que je passe à mi-parcours Salvio en difficulté.

Je suis regonflé à bloc
J’entame mon retour au parc, sur la fin du parcours ma famille, mais aussi Adrien et Christophe scandent mon nom. Cela fait du bien au moral. J’opère un rapide changement, je ne change que de chaussures. Je passe le premier kilo en 4’ 15’’ c’est trop rapide, il faut que je trouve, surtout pour le début, un rythme plus proche des 4’ 30’’. Les concurrents semblent à l’arrêt je les passe un à un, cela flatte mon égo. Il s’agit dans cette partie aussi de boucles, deux exactement. Nous avons donc l’occasion de nous croiser, c’est comme cela que j’aperçois Salvio sur mon premier retour, il a l’air bien et adopte une foulée aérienne. Mes supporters sont toujours là, ils crient, ils encouragent, quel bonheur !

La ligne d’arrivée est en vue, pas d’accélération, je termine au train. J’ai les pieds en feu, j’avais pris l’option de courir sans chaussette. Je passe le portique dans un grand soulagement, il fait chaud, très chaud, j’ai soif…

Quelques instants après c’est l’arrivée de mon ami Salvio il a signé une très belle course à pied. Nous sommes très heureux d’en terminer et retrouvons nos supporters afin de « refaire la course ». Le triathlon offre des sensations indescriptibles, une sensation de dépassement. Le fait de changer de sports donne sa chance à chacun des concurrents, je vous invite à découvrir ce triple effort !

La course en chiffres :
Temps total 2h 50’ 48’’
Partie natation (avec le changement) : 42’ 17’’ 424e temps
Partie vélo (avec le changement) : 1 h 22’ 58’’ 92e temps
Partie course à pied : 45’ 33’’ 91e temps
Je termine 29e de ma catégorie soit en triathlon V2

Publicités
commentaires
  1. Bon ben t’as fini par bien digérer ta grenouille!! :-)) MDR
    Bravo!! un joli résultat quand même!! tu n’as plu qu’a travailler la natation et tu seras un tueur!!..
    Bravo Jean Pierre!!!

  2. sydoky dit :

    Bravo ! tu t’en es bien sorti finalement 🙂

  3. alain dit :

    Un grand bravo, je n’aurai jamais ton courage ….

  4. Ca été tres sympa de partager cette compétition avec toi … je t’attend sur la Boucle de la Seine 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s