Arrive-t-il que l’on vous prenne pour ce que vous n’êtes pas ? Je m’explique…
À plusieurs reprises, j’ai eu droit à des réflexions sur ma « sportivité ». Nous sommes tellement passionnés et immergés dans notre sport que nous donnons l’impression d’être des stars de la discipline.

Premier exemple et pas des moindres, je rencontre pour la première fois lors des Happys Runs, le rédacteur en chef du site internet « Runners.fr », nous échangeons quelques mots et rapidement il me glisse « tu cours régulièrement ? Je suis sûr que oui, car tu as l’air bon ! »

Je suis inscrit dans une salle de gym. Je fais du vélo tout en lisant le magazine « Triathlète », approche un coach que je connais à peine, mais qui sait que je pratique le triathlon et me lance «  Il y a un article sur toi dans le magazine ? »  je pense forcément à une plaisanterie, il me répond sérieusement : «  cela viendra, car avec le niveau que tu as ! » Mais quel niveau ? Malheureusement, je n’ai aucune prédisposition ou don pour le triple effort, je me contente de terminer dans le milieu du tableau mais pour mon plus grand plaisir.

Autre scène toujours dans la salle de sport, je participe tous les vendredis à un cours de Body Sculpt en guise de PPG, lorsque je pénètre dans la salle un homme avec qui j’avais discuté quelques jours auparavant de running, se jette sur moi : « vous n’allez pas faire ce cours, il est trop facile pour vous qui êtes un pro du marathon ! ».

Un ami graphiste qui ne pratique aucun sport et qui découvre ma double vie sur Facebook me demande : « tu penses qu’un jour tu pourras battre les Kenyans ? ». Mais mon pauvre, je suis à des années lumières de ces gens-là !

Dans une fête, des personnes sédentaires qui savent que je cours me demandent : « tu vaux combien au marathon ? » Je réponds, 3h, « c’est pas mal ! », il surenchérit «  il est à combien le record du monde ? » je réponds, 2h 03. « Quoi, tu te fais mettre près d’une heure par le premier » !!!!

Sérieusement et sans fausse modestie, je suis juste un passionné qui donne beaucoup de sa personne. En période de préparation marathon, je m’entraîne cinq fois par semaine et parcours pas loin de 100 km hebdomadaires. Je fais attention à ce que je mange, n’ai pas une vie nocturne débridée, mais je possède surtout un « faciès » émacié qui laisse présager d’un affûtage prononcé. Avantage ou inconvénient ?

Avez-vous des anecdotes de ce genre ? Je suis preneur…

Publicités
commentaires
  1. Anonyme dit :

    Fort … on dirait moi !!!
    J’ai exactement droit aux mêmes réflexions à la salle et j’ai des coachs et élèves qui savent que je part pour un trail de 60 ce week-end et vont encore me demander lundi si j’ai fait un podium …
    Je pense que dès qu’on est inscrit à une compétition certains nous imaginent en quête de podiums alors que pour la plupart nous voulons juste faire une sortie encadrée avec ravitaillements et mesure de notre performances avec éventuellement tirage de bourre avec quelques amis coureurs …
    je te rejoins totalement dans ta réflexion 😉

  2. C’est l’ignorance!!!
    Et puis faut dire que tu as un physique de « tueur » c’est comme ca que j’appelais les coureurs expérimentés lors de mes 1ières compet. On voit tout de suite la différence avec un coureur lambda.
    On voit bien que tu t’entraines dure, tu le portes sur ton physique (c’est un compliment).
    On peut voir, avec un minimum de vigilance, les personnes qui font du travail d’endurance. Cela crée une certaine physionomie. (enfin, quand on est pas gourmand comme moi!!)

  3. Anonyme dit :

    Mais oui je suis d accord avec cela l allure amène forcement des commentaires!! pour les Kenyans
    ok ce ne sera pour tout de suite et pour le sport je ne court pas certes mais pratique les sport de glisses depuis 30 ans la tu vois aussi un délit de faciès ! les sport de glisses ne sont pas considéré comme un sport alors?

  4. Julien dit :

    si tu veux je te prête mon pot de nutella 😉
    j’ai parfois ce genre de réflexion quand je file faire du sport pendant ma pause déj. La discussion revient souvent à la course, mais c’est plus « alors tu as fait combien au marathon » ?
    il faudrait que j’en fasse un 😉
    En attendant c’est ma fille qui me demande après chaque course si j’ai gagné…

  5. Guy dit :

    Personnellement je n’ai jamais été confronté à ces aprioris.
    En revanche j’ai – comme beaucoup j’imagine – eu le droit à des échanges du style :
    – Je vais courir un marathon.
    – Woah un marathon ! Mais c’est combien de kilomètres ?
    – 42,195
    – Et tu le fais en combien de temps ?
    – 3h15
    – Ah tant que ça, je pensais qu’il fallait 1h00.
    – Euh on le coure … avec nos jambes (faut-il le préciser pour certains ???)
    Les meilleurs mettent un peu plus de 2h00.
    – Mais c’est très long ; je pourrais pas
    Parfois l’ignorance donne des réactions pour le moins étrange 🙂

  6. Djailla dit :

    Moi j’ai de la chance, au bureau j’ai un plus furieux que moi (plusieurs SaintéLyon, finisher de l’UTMB) donc nos collègues commencent à s’habituer aux distances et aux temps qu’on annonce 😉

  7. fredrun dit :

    Idem, j’ai droit aux mêmes genres de commentaires. Tout cela est bien subjectif. Aux yeux de certains, on est considéré pour des pros, alors que pour d’autres, on est de véritables tocards ! lol le tout, c’est de prendre ces commentaires avec détachement…

  8. maya972 dit :

    En ce qui me concerne avant j’avais souvent des remarques lorsque je partais courir ou pendant la « période hivernale » en début d’année. On est souvent regardé comme un extra terrestre ou un fou, c’est selon !!

  9. thepinkrunner dit :

    La dure vie des extra-terrestres de la course à pied!!

  10. SandRunning dit :

    Ce n’est pas à propos de mon physique, mais plutôt à propos de mon entraînement que certains me questionnent. Les personnes sont en général étonnées que j’accorde autant de temps à la course à pied et se demandent si je ne suis pas…droguée !
    Et j’ai aussi eu, à plusieurs reprises, les mêmes réflexions que Guy, une notamment :
    – ma femme aussi, elle court des marathons de 10km !
    – heu…les marathons, c’est 42,195 km !!
    – ha bon ?
    Voilà aussi pourquoi je parle peu de la course à pied avec celles et ceux qui ne la pratique pas. Les échanges sont parfois difficiles et forcément limités 🙂

  11. Merci à tous d’avoir partagé vos remarques et sentiments. Je vous aime comme vous êtes !

  12. Saida Younsi dit :

    oui, je suis tout à fait d’accord avec ce que vous dites. Je suis algérienne et vis dans mon pays. Même si les gens ont pris conscience de l’importance du sport en Algérie, celà reste très insuffisant. Alors les femmes, c’est encore très loin : il y a les athlètes, il y a des femmes qui font du sport en salle, entre elles et très peu pour pas dire qu’elles se comptent sur les doigts d’une main celles, qui comme moi, ont plus de 40 ans et qui font des courses sur route : de 5 à 100 km. Les réflexions sont les mêmes. Parce que je dis que je fais 100 km les gens pensent que je suis une fusée. Alors que mon plaisir est de participer à toutes les courses : montagne, bord de mer, dans le désert et de pouvoir vivre chaque instant : de remarquer les petites fleurs, d’entendre le champ des oiseaux, de m’arrêter parler aux enfants…

  13. cyril dit :

    Hello à tous.
    J’aurai bien des choses à dire et j’ai notamment rencontré toute les remarques que l’ont a pu vous faire. Sans m’écarter du sujet, ce qui m’exaspère le plus ce sont les remarques que je prend systématiquement à propos des compétitions et/ ou entraînements vis à vis des soirées d’amusements.
    On hésite à me proposer à venir à des soirées …pourquoi ?? parceque c’est pas marrant de faire la fête car je fais attention à ce que je bois ou je mange.
    « faut savoir vivre me dit ont »,  » la vie est trop courte ».
    Mais à quoi cela rime t’il ????
    S’amuser veut dire obligatoirement dire prendre une grosse cuite ??? une orgie de pizza ou de kébab ?
    Certes il faut savoir s’amuser et décompresser, mais pas à base d’orgie culinaire.
    Enfin c’est mon avis. Je vous épargne les termes de « barge » ect…
    Le plus drôle c’est quand ces même personne « pleurent » sur leur bourrelets, leur ventre ou leur mines vitreuse…
    Ils me disent, c’est bon demain je commence le sport et je ralentit l’alcool.
    Je ne peut m’empêcher de sourire…
    Tous les commentaires ci dessus sont hélas bien réels.
    Tu fait combien au marathon ? 03h15 ? heureusement que tu n’en vie pas sinon tu serai SDF…
    C’est combien le marathon ? = = > 42,195 km.
    Une semaine plus tard avec la même personne : marathon de Caen ?? il faisait combien celui ci là ?
    Comme Marseilles, Paris, Sénart et comme TOUS les marathons 42,195 km !!!!!!
    Je vous épargne quand je leur explique que je suis meneur d’allure…..
    C’est quoi meneur d’allure ? Ah ouiiii !!! c’est quand tu n’arrive pas à finir à marathon et que tu t’arrête à 5 km de la fin ???
    Alors quand j’aborde les 100 kms….là ont fait dans le lourd…du très lourd….
     » Tu dois être écolo toi pour faire 100 km sans voiture » suivie d’un gros rire graveleu….et autre réflexion aussi lourdes et blessantes les unes que les autres.
    Marathonien attire aussi le respect de certaine personne et quand vous êtes meneurs d’allures vous bénéficié d’un certain aura…
    Mais dans l’ensemble je passe pour un frappé…..un disjoncté…quelqu’un qui s’ennuie…qui n’a rien d’autre à foutre dans sa vie…Breffff
    Alors dite moi….pour trouver un équilibre….vous préférer vous prendre 42,195 km ou 42 verres de bon whisky….même si chacun à son « truc » pour moi la réponse est toute faite et pourtant des fêtes j’en est fait…
    Merci à Jean Pierre de nous avoir donner l’occasion de nous exprimer. J’avais vraiment ça sur le coeur.

    A bientôt…

  14. Anonyme dit :

    te plains pas, ca aurait pu etre dans l’autre sens ^^

  15. Anonyme dit :

    Les réflexions que j’ai pu entendre sont plutôt liées au temps passé aux entraînements avec des sous-entendus « Tu ne dois pas beaucoup travailler pour passer autant de temps à faire du sport ». Ce à quoi je réponds: Le temps moyen quotidien passé devant la télévision pour un français est de deux heures…alors une petite séance d’une heure ça ne doit pas être insurmontable?

  16. Julien dit :

    pas mal le coup de la télé 😉
    je la garde pour plus tard !

  17. Je n’avais volontairement pas mis de remarque négative, mais mon propre grand-père m’a dit un jour : « tu ne dois pas beaucoup forcer au travail, pour avoir la force de courir le soir ! ». Je suis d’origine Corse, ceci expliquant peut être cela ? LOL

  18. Curieux, cela ne m’arrive jamais à moi … je ne dois pas être assez crédible comme runner.

  19. Anonyme dit :

    Et bien moi il m’est arrivé aussi un délit de faciès mais un peu différent du votre amis runners…
    Invité par Unik Sport, Boulevard Beaumarchais, à essayer une paire de chaussures de la ON nous nous retrouvons mon amie et moi avec une bande de joyeux runners plus « affutés » les uns que les autres, qui nous semblent être de grands spécialistes en tenues décrivants tous leurs exploits (finishers 100 kms de Millau, Iron Man…).
    Et puis voilà le moment que nous redoutons tous les deux arriva: le départ sur la coulée verte, plusieurs groupes sont faits et nous nous disons que l’on va essayer de faire de notre mieux sans être trop ridicules.
    Ils ont tous de belles foulées et ne partent pas trop vite, nous les suivons dans leur footing en se disant qu’à un moment nous allons exploser. Jusqu’au lac du bois de Vincennes tout va bien, ils accélèrent un peu pour faire le tour, mon amie reste à son rythme, je me décide à essayer de les suivre, j’y arrive!
    Tour du lac ok, il reste le retour!!! Un petit groupe accélère, allez j’y vais, je tente de les suivre, j’y arrive! Et là maintenant c’est un retour en fractionné, j’ai voulu faire le malin je dois assumer je les suis…
    Après une dernière accélération un des athlètes finit par me dire:
    « dis donc tu t’en sors pas mal, tu dois faire au moins 20 kilos de plus que moi »
    « je ne sais pas, tu pèses combien? »
    « 65 kilos »
    « ah non monsieur je fais 29 kilos de plus que toi!!! »
    Voilà mon histoire, quand on mesure 1m83 et pèse 94 kilos on peux finallement suivre (sur des petites distances!) des athlètes ayant faits les plus belles courses…
    Ah j’oubliais, le monsieur qui m’a dit ça vous est tous bien connu, je ne donnerai que ses initiales pour éviter qu’il ne soit démasqué!!!!!!!
    J-P G
    Merci beaucoup pour ce bon moment passé à tes côtés durant ce test même si les chaussures n’étaient pas à mon goût au niveau des promesses…
    Sportivement
    Cédric

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s