10 km de Vincennes Jean-Pierre et Adrien

Il est des 10 km qui comptent en région parisienne et cette course remporte chaque année un grand succès pour des raisons que je ne m’explique pas. Le départ en double sas est chaotique. Le parcours est étroit et sans grand intérêt. Pourtant j’attends chaque année beaucoup de cette compétition.

Je n’avais pas couru depuis le mois de novembre, date du semi de Boulogne en remplacement du marathon de New York annulé. J’étais dans le flou, j’avais besoin de repères. L’épreuve de Vincennes est celle de mon record personnel. C’est sûrement la raison qui me pousse chaque année à venir me frotter ou plutôt a jauger à mon état de forme.

L’année du changement
J’ai pris fin novembre la décision de me faire « coacher » de suivre une préparation sur mesure avec une préparatrice physique et athlète de haut niveau : Anne Valéro. Pourquoi se faire suivre quand on est dans un club avec un entraîneur que l’on apprécie ? Tout simplement pour avoir un plan sur mesure et des données précises adaptées à mon niveau, à mon âge et surtout à mon objectif, à savoir le marathon de Paris. Nous convenons que la préparation commencera en début d’année 2013, suite à une trêve de 15 jours afin de démarrer dans les meilleures dispositions les différentes charges de travail.

J’aborde les Foulées de Vincennes avec une préparation de trois semaines et considère cette course comme un test VMA ou plutôt un instantané de ma forme actuelle. Donc en théorie pas de pression, mais juste « dérouler » pour voir où j’en suis. La méthode « Anne Valéro » est basée sur la puissance et de nombreuses séances de seuil plus adaptée à mon âge que les séances sur piste. J’aborde cette course les jambes chargées d’acide lactique.

10 km de Vincennes échauffementMise en jambes
Je retrouve mon club, le Nanterre Athletic Club qui, comme à son habitude, squatte le parking souterrain de la mairie. Nous sommes 60 inscrits sur le 10 km, une véritable vague rouge va déferler sur la banlieue Est ! Nous procédons à un échauffement commun de 25 mn afin de mémoriser le tracé. Nous retrouvons notre parking ou nous terminons l’échauffement avec des éducatifs et des lignes droites. Soixante athlètes lancés dans les sous-sols, cela a quelque chose d’inquiétant !

Dans le sas de départ
Je retrouve la plupart de mes amis dans le sas préférentiel : il y a Adrien, Guy, Grego, Emmanuelle, Thomas… il ne manque que Salvio ? Il est temps de se concentrer et de parler tactique. Certainement lié à mon expérience ou à mon inconscience, c’est moi qui donne les instructions et les rythmes à suivre. Nous partirons sur un tempo de 3’ 45’’ au kilomètre jusqu’au 5e km et ensuite nous accélérons si nous le pouvons.

Coup de pistolet, c’est parti
Il y a beaucoup de monde dans les rues étroites de Vincennes, ce départ est une cohue. Notre groupe est compact jusqu’au premier kilomètre. Je regarde le chrono, je passe en 3’ 43’’ j’ai deux secondes d’avance. Je ralentis un peu, laissant filer Guy et Thomas. Adrien me fait confiance est reste à mes côtés. Il en sera ainsi jusqu’au 5e km. Je regarde chacun des kilomètres et le tempo n’est pas bon, je suis en 3’ 50’’. Je perds entre 5 et 7 secondes chaque kilo. J’en suis conscient mais impuissant, je n’arrive pas à aller plus vite…

Deuxième boucle
Nous entamons la dernière moitié de parcours. Adrien place une accélération qui me laisse sur place, je ne le reverrai plus. Je continue sur ma lancé sans défaillir. Je sent un coup de mou au 7e km que je passe en 3’ 56’’ mon pire temps de passage. Il faut réagir ! Je m’accroche à un groupe devant moi et tente de grappiller quelques secondes.

10 km de Vincennes ConcentrationEmballage final
Nous voilà de retour sur le centre ville, je donne tout ! Je fais le vide, me relâche et tente de reprendre un ami du NAC que j’aperçois à une centaine de mètre. Dernier kilomètre il y a une foule qui encourage et nous invite au dépassement. Je suis comme en apesanteur, je ne sens plus mon corps, une seule obssesion : « finir vite ! ».

J’entame la dernière ligne droite, je sprint et aperçois le chrono. Je termine en 38’ 28’’. Une déception m’envahie ! Je me voyais tranquillement sous la barre des 38’. Mais ce ne sera pas pour aujourd’hui.

La joie des autres
Je retrouve mes amis qui savourent leurs belles victoires. Je n’ai pas le droit de gâcher leurs sentiments par mon attitude mélancolique. Alors soyons positif, je n’avais pas couru depuis plusieurs mois, je manque de rythme et de compétition et je suis à plus de 15,5 km/h. Mon objectif étant le marathon de Paris au mois d’avril, la route est encore longue… Prochain rendez-vous le semi-marathon de Paris le 3 mars.

Capture d’écran 2013-02-04 à 22.00.01

commentaires
  1. emma422 dit :

    Moi je dis bravo JP, la route est longue et pas forcément comme on la rêverait. On a tous des moments de « moins bien » (relatif dans ton cas tout de même!). L’essentiel étant de se concentrer sur l’Objectif…

  2. Julien dit :

    38’28 sans prépa spécifique et en début de saison, ça me semble quand même pas si mal comme base de vitesse pour ton objectif principal !

  3. Greg Runner dit :

    Bon, on n’a qu’à dire que ce n’était pas ton objectif après tout. Et puis, moins de 38’30 », c’est pas mal pour une première course de début d’année! Keep smile!

  4. Beaucoup rêveraient d’avoir cet état de forme 1 mois avant le semi de Paris. Ne te prends pas trop la tête. La puissance tu l’as (VMA ok). Il faut maintenant travailler ta résistance au seuil.

  5. Au fait. Très beau blog que je viens de découvrir…

  6. […] quelque mots d’encouragement avec Laurent et Renaud; je savais que il y avait Adrien, Jean-Pierre et Emmanuelle quelque part mais je ne le ai pas vu; le depart est donné à 10h45, 200m de sprint […]

  7. Maya972 dit :

    Après 3 petites semaines, tu fais là un superbe temps, même s’il est en dessous de tes prévisions, tu es en bonne voie vers ton objectif !! Continues les entrainements et tu l’auras ton graal, ton précieux !! 😉

  8. Anonyme dit :

    Jean-Pierre, je n’ai pas aimé cette course et ne la courrai plus. Il y a trop de monde et c’est difficile de conserver un rythme de course car on est occupé par ce qui se passe autour, surtout au départ. C’est peut-être ça aussi qui ne t’a pas permis d’atteindre ton objectif. Bravo tout de même car c’est tôt dans la saison.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s