Écotrail de Paris 2013, résolument trail !

Publié: 17 mars 2013 dans J'irai courir chez vous…, Récits, Vidéos
Tags:, , , , , , , , ,

Cette année les conditions météo ont fait taire les sempiternels détracteurs qui accusent la course parisienne de « faux » trail. La neige en début de semaine, la pluie et le froid ont donné à cette édition son côté « âpre » tant recherché par les puristes. Ce fut pour moi, comme l’an passé, l’occasion d’une sortie longue dans le cadre de la préparation au marathon de Paris.

Ecotrail 2013 2C’est devenu une habitude , mais aussi pour pas mal de « routiers », de venir se frotter à cette course nature. C’est ainsi que je me retrouve aux côtés de Salvio, Adrien et Patrick pour rallier Meudon à la tour Eiffel, via le bois de Chaville et le parc de Saint-Cloud.

Les conditions météo des jours précédents, comme la chute de neige abondante de mardi et le verglas de mercredi ont fait couler pas mal d’encre sur les réseaux sociaux : l’épreuve aura-t-elle lieu, le parcours sera-t-il modifié ? C’est un comble de reprocher à l’épreuve d’être trop boueuse ou trop froide, c’est l’essence même du trail me semble-t-il ?

Le choix des pneumatiques ?
J’avais pour l’occasion revêtu mes vêtements techniques Gore Running Wear® que je teste actuellement, et restait le dilemme des pneumatiques ? Fallait-il partir en pneu pluie ou en slick ? En chaussures de trail, ou chaussures de running ? Après longue réflexion, je tente le parie de la chaussure de route, partant du principe que je glisserai sur la boue, mais irais plus vite sur la route. Allais-je gagner mon pari ?

Rendez-vous RER C
L’aventure commence sur le quai du RER au pied de la tour Eiffel, la rame est bondée de trailers et autres alpinistes. Avec la marche nordique, ils sont nombreux à arborer des bâtons donnant une fausse allure de Chamonix à cette station de métro…

Départ de l’observatoire de Meudon
La dernière partie de la côte des Gardes, bien connue pour les habitués de Paris-Versailles, est noire de monde. Notre groupe, n’affiche pas de stress, nous resterons en arrière, prenant le temps de faire des photos et de papoter avec les amis. Nous partirons dans la dernière vague, ce qui présente des avantages comme celui de ne pas partir trop vite ! Car il est impossible de doubler sur ces sentiers étroits. Il en sera ainsi jusqu’au 15e km où les grandes côtes auront fait leur travail de sélection naturelle. Notre groupe est compact, nous menons tour à tour, dans une l’ambiance plutôt décontractée car comme nous n’allons pas très vite, nous pouvons parler et profiter du paysage.

Je regrette un instant mon choix de pneumatique, car je n’ai aucune adhérence, chacune de mes foulées font l’objet de pas chassés, ce qui m’oblige à plus de vigilance, mais surtout à plus d’effort, occasionnant lors d’une glissade contrôlé à une douleur musculaire sur le haut de lacuisse gauche.

Ecotrail 2013 1

Ravitaillement du parc de Saint-Cloud
Contrairement à la route ou il existe des ravitaillements tous les cinq kilomètres, sur cette épreuve, un seul stand au 20e km. Au-delà du simple rafraîchissement, il représente la frontière ! Celle entre la nature et la civilisation, celle entre les chemins boueux et l’asphalte urbaine. À partir de ce point, ce sera la ville et son bitume.

Fin de l’échauffement
Les consignes du plan indiquent qu’après ce semi-marathon d’échauffement, il faut passer au travail ! Je dois effectuer deux fois 20 mn à allure marathon, soit 4’ 15’’ avec cinq minutes de footing entre les deux blocs. J’attaque la descente qui mène de la terasse du Parc de Saint-cloud à Boulogne sur de bonnes bases. Très rapidement, je suis à la peine, j’ai laissé pas mal de force dans les parties boueuses et escarpées. Je n’arrive plus à respecter les allures ! Le cadran de ma Garmin n’affiche que des allures de footing et non pas de travail de seuil…

Revenir à ses propres sensations
Je laisse tomber les allures mathématiques et les calculs GPS, j’y vais à la sensation, je donne le meilleur de moi-même et tant pis pour le chrono. Je ne peux pas comparer avec mes sorties longues habituelles réalisées au bois de Boulogne avec le club de Nanterre à allure régulière. Le trail a cette spécificité de « casser » les rhytmes, d’alterner course avec marche, montés avec descentes. L’organisme est mis à rude épreuve.

J’aperçois la tour Eiffel
Un peu comme pour les 20 km de Paris, le repère visuel de la dame de fer est très utile. Il permet de mesurer à l’œil nu la distance restante. Il y a de nombreux spectateurs et touristes pour nous accueillir. Une mini tour Eiffel en ballons symbolise le portique d’arrivée, nous la franchissons avec bonheur. J’arrête mon chrono, il indique 2h 44’’ c’est exactement le même que l’an passé ! Je suis un temps déçu, puis réalise que les conditions de course n’étaient pas du tout les mêmes et que ce chrono a valeur de progression. Je peux savourer mon entraînement !

Publicités
commentaires
  1. Philippe dit :

    hey je t’imagine bien sur le 80 l’an prochain 🙂

  2. Patrick dit :

    Beau récit Jean-Pierre … Effectivement la boue, le côtes les dépassements des retardataires avec changement de trajectoire finissent par « plomber » les jambes … Vu ton allure dans les côtes je pense que la forme est là pas d’inquiétude pour ton marathon …

  3. Bravo. La barre des 3h t’attends pour le MDP. Bonne fin de préparation.

  4. Gilbert DOGER dit :

    Merci champion de nous faire partager tes grands moments de CAP.
    Il est vrai que pour les appuis la boue ce n’est pas l’idéal.
    Tu nous fais franchir la ligne d’arrivée avec toi,c’est sympa,on a la chance de voir 2 Tour Eiffel,la grande dame d’acier et la grande dame blanche ‘toute’ en ballons.
    Et tu es toujours aussi frais après une course,on est un bon ou pas!

  5. Richard Coffre dit :

    Evidemment un bon trail avec un temps de trail et une rencontre fortuite avec Jean-Pierre.
    Que demander de plus 🙂

  6. Julien dit :

    pffiou quel monde 😦
    Mais bravo pour cet article « en direct » !
    Et surtout cette course a du bien te changer les idées en te sortant du bitume pour mieux y retourner et survoler ton marathon !

  7. […] le froid je me suis bien amuse. Un bon groupe s’est forme depuis le début de la course avec Jean Pierre, Patrick et Adrien; nous somme partie dans la dernière vague  ce qui nous a permis de debuter […]

  8. mon1ermarathon dit :

    Superbe vidéo et super récit! Bravo pour ta course. Ça sent bon pour le MDP!!

  9. Michel dit :

    J’aimerais bien le faire un jour, ça représente une bonne prise de contact avec une discipline que je ne connais pas.
    En dehors de ça, j’aime courir en nature, ça devrait me plaire 🙂

  10. Sydoky dit :

    Bravo pour cette performance et surtout en chaussures de route… Pour avoir randonné la veille sur le parcours j’imagine bien que tu as dû souffrir dans certains passages 😉
    Bonne continuation pour ton marathon !

  11. […] Retrouvez également ci-dessous la vidéo de RunReporterRun. […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s