Notre championnat de France de Marathon à Toulouse

Publié: 30 octobre 2013 dans Récits
Tags:, , , , , , , , , , , , ,

Isostar - marathon de Toulouse

Pour l’édition 2013 la Runnopshère décide d’aligner une team de blogueurs. Nous allons jouer à fond la carte du collectif en participant au relais. Nous serons donc quatre à couvrir la distance mythique avec des relais d’environ 10 km chacun, et un final de l’équipe en apothéose,  pour les 1500 derniers mètres.

A l’invitation de notre partenaire Isostar, nous voilà vendredi soir à l’aéroport d’orly en direction de la ville rose. Au programme du week-end, visite de l’usine Nutrition & Santé qui fabrique entre autres les produits Gerblé et Isostar. Rencontre avec Benamin Malaty l’un des meilleurs marathoniens français et égérie de la marque,et pour  clôturer, dimanche le marathon en relais.

Une visite très enrichissante
Nous visitons en petit comité une usine impressionnante par sa taille. Sont présents les blogueurs Jahom, Je cours Paris et notre champion Benjamin Malaty. Nous apprenons le processus de fabrication des barres et autres galettes. Cette visite fera l’objet d’un reportage ultérieur, tant le sujet est riche.

Le village marathon
Installé sur la place du Capitole, le village a fière allure ! C’est l’occasion de croiser des amis, des champions ou même des amis champions ! Nous croisons  Julien Bartoli, un habitué de nos Pasta Running Party ou encore  notre blogueur Jean-Christophe Savignoni qui a de grosses ambitions sur ce marathon. Je ferais également la connaissance cet après-midi là de Ruben Iindongo par l’entremise de Jean Delatour célèbre entraineur qui me le présente comme le futur champion de France. Son intuition sera la bonne…

Tactique de course
Jusqu’à très tard dans la soirée, nous allons élaborer une tactique de course pour jouer la gagne. A prendre en compte, nous sommes deux sur les quatre à terminer notre saison de triathlon avec un IronMan pour Emmanuel et un Half IronMan pour moi. Notre stratégie sera la suivante, nous mettons Philippe très performant sur le premier relais pour assurer notre avance, moi sur le second pour tenter de la consolider, Salvio très en forme pour regagner du terrain et Emmanuel aura la lourde tache de finir, sachant que nous le rejoindrons pour un final en équipe.

Dimanche matin, jour de course
Dès le petit matin, il règne une chaleur inattendue surtout pour des parisiens qui sont en mode automnale depuis déjà quelques semaines. Nous savons à cet instant que la matinée sera éprouvante. Bizarrement le départ n’a pas lieu en même temps que celui du championnat de France. Nous partirons avec 1h30 de retard. C’est donc 516 équipes qui prennent le départ ce dimanche matin. Nous ne sommes  pas nombreux pour un parcours comme celui du marathon. Cela présage de grand moment de solitude !

Philippe s’élance et voilà qu’il est projeté au sol par un concurrent placé sur la ligne de départ mais qui ne courre pas à la vitesse requise. Grande frayeur, car il chute lourdement sur la hanche. Il pense au collectif et se relève. Malgré sa mésaventure, il me transmet le relais à la dixième place juste derrière Sophie Duarte, une grande championne d’athlétisme.

Me voilà parti dans les faubourg de Toulouse, il y a deux personnes devant moi que « j’avale » rapidement. Le rythme est soutenu. Je suis à 3’ 50’’ au kilo, je ne tiendrai pas ce rythme jusqu’au bout, mais je tente quand même… Ce sera au final une moyenne de 3’ 59’’ je ne suis pas capable à ce moment de la saison d’aller plus vite.

Je transmet le relais à Salvio, qui est le plus fougueux d’entre nous, surement lié à son origine italienne. Pour lui, il n’existe pas de course pour rire, chaque compétition doit être un dépassement. C’est donc à bloc qu’il assurera sa partie.

Emmanuel à la lourde tache de terminer ce marathon. Il y a seulement 24h, il ne se doutait pas qu’il aurait un rôle dans notre équipe. C’est le forfait du capitaine Greg Runner qui l’obligea à relever ce défi. D’autant qu’il y a un mois à peine il terminait son premier IronMan. Il ne sera donc pas au top de sa forme et devra subir la pression de ses coéquipiers… La pression Emmanuel il connaît et la gère plutôt bien puisqu’il arrive à maintenir la position. C’est donc en 6e position que nous démarrons à quatre les 1500 derniers mètres. Nous sommes au milieu des derniers concurrents du marathon, nous devons slalomer et nous frayer un chemin au milieu de cette foule.

C’est main dans la main que nous franchissons le portique. Un large sourire éclaire nos visages.  Nous prenons la 6e place sur 516 participants. Et bouclons le marathon en 2h 48’. Un beau week-end !

commentaires
  1. […] A l’automne, il faut faire un choix ? Marathon ou pas marathon ? Avec seulement quatre semaines de récupération après le Half IronMan, il aurait été suicidaire de s’aligner sur cette épreuve mythique. C’est donc en relais que nous participerons aux championnats de France de Marathon à Toulouse. Une fois de plus, un grand plaisir en compagnie de mes compagnons de la Runnosphère. Lire l’article sur le marathon de Toulouse […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s