X-run Ultra Gore Running Wear

Quoi de mieux qu’une SaintéLyon pour tester la gamme X-run Ultra de chez Gore Running Wear censée protéger du froid ? J’y appliquerai à la lettre la règle des trois couches.

Quand vous participez à une course nature en plein mois de décembre et dont le départ est à minuit, il y a peu de chance d’avoir beau temps. Cette année, il a neigé en grande quantité sur Saint-Étienne, ce qui obligea même les organisateurs à revoir certaines parties du parcours impossibles à sécuriser.

Nous trouverons sur les hauteurs pas moins de 60 cm de neige glacée, il faudra donc être bien équipé tant en textile qu’en chaussures. Aux dernières nouvelles, le match qui avait lieu le soir même sur le stade stéphanois est annulé pour cause de grand froid ! Voilà de quoi faire froid dans le dos, avant même de mettre un pied dehors…

Justement, quelle est la température ? Nous avons en ville un -5° C, il s’agit d’un froid sec, toujours plus facile à combattre qu’un froid humide ou venteux.

Gore Running WearLa première couche le maillot ESSENTIAL BASE LAYER
Ce maillot se porte comme une deuxième peau. Le polypropylène apporte un confort optimal et garantit une sensation d’être toujours « au sec ». L’humidité est immédiatement évacuée vers l’extérieur.

La seconde couche le maillot X-RUN ULTRA LONG
Ultra léger : maillot de trail-running ajusté avec protection anti-UV, à peine perceptible avec des coutures partiellement thermo-collées. Particularité : Bas de manche utilisable de 3 façons différentes. Normal, avec une mitaine ou avec passage pour le pouce.

La troisième couche la veste X-RUN ULTRA WINDSTOPPER
Veste robuste pour les Trail-Runners longues distances, qui ont besoin à tout moment d’une protection fiable contre les intempéries. A l’avant, avec la protection WINDSTOPPER® Soft Shell contre le vent, les intempéries et le froid. Bandeau et mitaines intégrés.

Déroulement de la course
Lorsque nous sortons du Palais des Sports surchauffé, le choc thermique est saisissant. Il faut faire quelques centaines de mètres pour rejoindre la ligne de départ et ses 10 000 concurrents. Une fois dans le peloton, « l’effet manchots » fonctionne bien et le froid se fait oublier. Top départ, une décharge d’adrénaline parcours mon organisme et me fait tout oublier : le froid, la fatigue, le stress…

La première dizaine de kilomètres sur asphalte avec un peloton encore compact, fait vite monter en température. Je n’ai pas froid, je crois même que j’ai chaud ? Pas question de transpirer, pour ensuite attraper froid. Ce sera ma hantise à chaque monté, penser à ouvrir la veste pour ne pas transpirer. Les produits ont beau être de dernières technologies, avec des matières respirantes, il faut être vigilant sur l’utilisation.

Même au plus haut des montagnes avec du vent, je ne peux pas dire que j’ai eu froid, tout au plus un refroidissement. Par contre les gants ne m’ont jamais quittés du périple, idem pour le bonnet technique Gore Running. La température aura avoisiné les -8°/-10°C au milieu de la nuit sans que nous ne ressentions de gêne.

La gamme X-run Ultra de chez Gore Running Wear aura passé haut la main le test de la SaintéLyon. Offrant même du confort dans cette course inconfortable !

Plus d’infos sur : http://www.goreapparel.eu/on/demandware.store/Sites-GoreEU-Site/fr_FR/Search-Show?cgid=grw

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s