.

Il est des courses à seulement quelques heures d’avion qui vous plongent dans un autre univers. En ce mois de mars, être exposé à des températures de 24° aide beaucoup l’imaginaire. Voilà notre groupe de 12 au départ pour la capitale du Portugal.

Pourquoi Lisbonne ? Il s’agit d’un voyage de presse qui vient conclure le test de la nouvelle montre GPS Garmin 620. Il y a là les journalistes qui suivent le Running en France et… moi ! Nous avons tous démarré notre préparation, il y a plusieurs semaines maintenant. Celle-ci comprenait un coaching supervisé par Olivier Gaillard de la structure Urban Running. S’y ajoutait un plan d’entraînement 2.0. Pour son bon suivi, nous avions reçu lors de la première rencontre, une montre intelligente dont on nous avait détaillé le fonctionnement. Dans la foulée, nous avons effectué un test de VMA qui a permis au coach d’en savoir plus sur chacun de nous et ensuite c’est via la plateforme Garmin Connect que les entraînements furent proposés.

IMG_4226Six semaines plus tard
Et aujourd’hui, nous voila à Lisbonne pour évaluer nos semaines d’apprentissage. Sous le soleil resplendissant, nous troquons nos habits de « Parisiens » pour des tenues plus adaptées. Passage obligé, le village du retrait des dossards, reflète en général le niveau d’organisation d’une épreuve. Celui-ci est plutôt petit pour une course qui accueillera le lendemain 30 000 personnes. Il faut savoir que la majeure partie des coureurs participent au « mini-marathon » une course de 7km qui ressemble un peu chez nous à Odysséa. Dossard en poche, place au tourisme. Car l’intérêt d’une course à l’étranger est de pouvoir découvrir une ville et les habitudes de ses habitants.

Lisbonne Story
Pour l’ensemble du groupe, Il s’agit d’une découverte. Jusqu’ici ma vision de la cité tenait à travers le film « Lisbonne Story » de Wim Wenders. Très vite, je m’aperçois que déambuler dans Lisbonne c’est comme partir pour une chasse aux trésors. Mon premier coup de coeur va pour ces magnifiques façades recouvertes de faïences que l’on nomme « azuleros ». Il nous faut aussi trouver les fameuses « Pasteis de nata » qui sont la pâtisserie portugaise. Cela ressemble à un mini flan avec sa croute dorée et sa pâte feuilletée. Il faut tout de même rester raisonnable, nous avons un semi-marathon le lendemain.

Dimanche, jour d’embouteillage
Nous quittons l’hôtel en direction du départ situé 5km plus loin sur le pont qui surplomble la ville. Pour y accéder, il faut impérativement emprunter les transport en commun car la route est coupée. Nous voila dans un bus bondé, rempli exclusivement de coureurs. Au terminus de celui-ci, un train semblable au RER nous attend. Les rames qui arrivent sont pleines. Impossible de monter à l’intérieur. Nous laissons passer plusieurs trains puis avons recours à la méthode japonaise. Nous poussons de toutes nos forces la foule pour faire notre petite place.

Départ sur le pont
L’architecture du pont du 25 avril qui enjambe le Tage ressemble comme une goutte d’eau au Golden Gate de San Francisco. En revanche, le départ est situé au pied du pont, ce qui pour le coup fait penser au marathon de New York. A un kilomètre de la ligne, nous sommes bloqués, impossible d’avancer ! Les 30 000 bipèdes forment un véritable rempart. Nous prenons notre mal en patience et nous nous allongeons même dans l’herbe pour profiter un peu plus du soleil. Mais au-dessus de nos têtes le ballet des hélicoptères fait un vacarme assourdissant. 10h 30, le départ est donné, mais sans nous… Il nous faudra encore patienter 35 minutes pour (enfin) atteindre cette satanée arche de départ.

Nous pensons être sortis d’affaires et pouvoir démarrer notre course, sans échauffement préalable. Mais c’est sans compter sur les « randonneurs » comprenez les familles venues participer à la course de 7km mais en mode marche. Il est très difficile de doubler, nous slalomons, nous zigzagons, bref nous nous énervons ! J’en arrive à oublier la beauté du paysage. La traversée du pont est juste magique, elle le sera durant 2 km. Nous descendons ensuite sur la ville et longeons la zone portuaire, c’est donc un ruban de bitume ultra-plat qui se dévide sous nos pas.

Tous les 3 km des ravitaillements salvateurs nous attendent, le thermomètre affiche près de 24°, et ces bouteilles d’eau sont les bienvenues. Des groupes de rock sont présents tous les 5km et apportent un peu de gaiëté, car le public n’est pas très nombreux. L’essentiel du parcours est sous forme d’aller-retour nous permettant de croiser les coureurs et de recevoir des encouragements des amis. Mais pour être honnête, il emprunte également les parties les plus inintéressantes de la ville…

Prépa marathon
Pour moi ce semi, est une simple sortie longue avec des variations d’allure. Les consignes sont les suivantes : 10 km à 4′ 25 », puis 6 km à 4′ 20 » et ensuite allure libre. Par contre, si la température est au-dessus de 20°, j’ai pour ordre de rester à 4′ 25 » pour ne pas laisser trop de jus. Les 24 degrés et surtout les « bouchons » successifs m’empêcheront de respecter le plan. Je suis en 4′ 30 » et j’ai du mal à tenir cette vitesse tant le peloton est dense et les dépassements difficiles.

Je réalise également durant l’épreuve un épisode vidéo pour la série « J’irai courir chez vous ». Me voila donc équipé de ma fidèle perche télescopique avec au bout cette fois-ci la nouvelle « action cam » de Garmin la VIRB ELITE. Je filme la course et ses a-côtés. Une autre façon de vous faire partager cette expérience.

IMG_4263Sprint final
Nous entendons au loin, la musique et la clameur de la foule, pas de doute, nous sommes dans l’emballage final. Je découvre avec étonnement un ravitaillement à 300m de l’arrivée. Qui va à cette distance perdre quelques précieuses secondes pour boire ? La zone d’arrivée jouxte le cloître de Bellem. Je franchis la ligne en 1h 38′ pas mécontent d’en terminer. Je savoure et filme le bonheur de tous ces concurrents qui sont allés au bout d’eux-mêmes. Je récupère la médaille qui est magnifique et me dirige vers le ravitaillement pour prendre la spécialité de ce semi : une énorme glace à la vanille du style magnum. Il n’y a pas à dire, les Portugais savent recevoir !

Toute l’équipe franchira la ligne au compte-goutte. Nous pouvons maintenant passer à l’après-course à savoir, refaire le semi confortablement installés sur la banquette d’un bar, une mousse à la main ! J’adore ce sport…

commentaires
  1. DaJo dit :

    Merci pour ce CR !🙂 Visiblement une belle épreuve mais l’organisation du départ semble très limite…

  2. Ca va que ce n’était pas une course-objectif car, en effet, ça avait l’air assez fouillis… Ca ne m’aurait pas plu, je pense ! Quoiqu’il en soit, 1h38, pour « juste » une sortie longue et dans ces conditions… je prends moi !🙂

  3. runfreerunner dit :

    merci jean pierre pour ce CR excellent en qualité comme d’habitude!

  4. Bravo pour ta course et super sympa la vidéo!

  5. PhilRun dit :

    Billet très sympa. Je confirme que les Pastéis de nata sont… une tuerie!🙂

  6. SVolant dit :

    Merci pour ton reportage
    J’y étais aussi à Lisbonne avec de la motivation, un objectif de 1h20, de l’entrainement, un dossard et… une contracture aux ischios !😦
    Je n’étais donc pas présent sur la ligne de départ mais bien là à l’arrivée (qui me semble beaucoup plus sympa qu’à Paris).
    Effectivement le départ semble plus que compliqué sur ce semi et les commentaires sur la page facebook officielle sont plus qu’amers! D’après toi, obtenir une place « adaptée » sur le pont était-il envisageable ?
    Sachant qu’il n’y avait pas de sas, je comptais m’y rendre dès le premier train. Rejoindre la ligne est si compliqué ? J’aimerai vraiment y retourner, le parcours est propice à la perf, Mais se retrouver à zigzaguer aurait été vraiment frustrant (ok la contracture c’est pire et courir sur le pont doit être vraiment grisant)
    En tout cas, 6 jours en famille sous le soleil lisboète, ça compense la déception

  7. Antoine dit :

    Après avoir gouté au semi-marathon, peut-être serez-vous tenté par le marathon de Lisbonne?
    Visitez notre page http://www.passeport-marathon.fr , vous ferez de plus une bonne action en faveur des orphelins du Togo. Bonnes prochaines courses!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s