Du marathon au burn out…

Publié: 10 juin 2014 dans Motivation
Tags:, ,

Burn out Run Reporter Run

Ce n’est pas nouveau chez moi, quasi chaque marathon est suivi d’une période de blues. Les deux mois de préparation et d’investissement sont tellement intenses que la période de repos qui suit est synonyme de spleen. Si je rajoute à cela une charge de travail liée au blog, je cours tout droit au burn out…

Le texte qui va suivre est personnel et n’engage que moi. Il ne faut pas en tirer des conclusions générales sur l’état psychique des marathoniens. Je constate juste que chez moi, les semaines qui suivent sont difficiles surtout si la performance n’a pas été à la hauteur escomptée. Je vous concède que le mot « burn-out » est un peu fort pourtant ce sentiment, je le partage avec bon nombre d’entre-vous.

Les symptômes
Le principal indice d’un burn-out  est une fatigue continue, accompagnée d’épuisement mental, de démotivation… C’est pour cela qu’il est important, passé la récupération, de fixer rapidement un nouveau cap, un nouvel objectif. Celui-ci doit être plus modeste et à caractère ludique. Pourquoi pas essayer un trail ou un triathlon ? Ou alors faire le lièvre pour un ami ?

Courir « unplugged » ?
Pourquoi ne pas laisser les différents appareils électroniques (cardio, GPS, bracelet ou smartphone) à la maison durant la période de convalescence ? Courir juste pour le plaisir sans se soucier de la vitesse ou du kilométrage ? Pas de chronos qui indiquent si nous sommes dans le bon tempo? Revenir à des basiques, juste écouter son souffle et battre son cœur…

Vis ma vie de bloggeur…
À la pression familiale, professionnelle, sportive se rajoute une pression « journalistique » qui consiste à publier 2 fois par semaine (mardi et vendredi) des articles qui ont nécessité des rencontres (athlètes ou marques) et de rédiger des textes. De mettre tout cela en page et d’en assurer la promotion. Cela nécessite une organisation au cordeau. Une optimisation de chaque instant.

Trop c’est trop…
Par moments le corps dit « stop » ! Il n’en peut plus de se lever très tôt et de se coucher très tard ? Marre des plans d’entraînements, marre de rédiger des articles, marre d’organiser des soirées… Le problème c’est que je ne sais pas faire dans la demi-mesure. C’est toujours « go hard » ! Quand la goutte vient faire déborder le vase, c’est aussi très « hard » avec une démotivation qui donne envie de tout plaquer.

Le regard des autres
Les gens souvent ne comprennent pas, car tout va bien et le lendemain j’annonce que c’est fini, je plaque tout… Il n’ont pourtant rien vu venir ? Je ne sais pas toujours dire les choses, je ne sais pas dire stop. C’est pourquoi je me mets dans de telles situations. Pour l’instant chacunes de ces baisses de régimes ont juste été des petits signaux que j’ai su écouter. Mais peut être qu’un jour, si je ne suis pas vigilant, la passion m’emportera trop loin ?

Ne perdons jamais de vue que le sport comme le blog sont des loisirs qui ne doivent nous procurer que du plaisir et de la détente. Sinon à quoi bon ?

commentaires
  1. Anonyme dit :

    Viens courir avec moi, ce n’est plus que pour le plaisir, plus pour le chrono…..

  2. Fabien G. dit :

    La météo actuelle y serait-elle pour quelque chose ?
    Mais « après la pluie, le beau-temps » !
    Ça va vite revenir et te démanger…
    Mets un message « blog en vacances »
    et reviens en nous racontant oú le vent t’a posé par exemple ?
    Fabien🙂

  3. Anonyme dit :

    Comme je te comprend, je courre sans chrono et mon compteur ne donne que la vitesse sur mon vélo depuis plus d’un an … et je ne vais ni plus ni moins vite…. c ‘est plus léger c’est tout… Amitiés

  4. Coptere dit :

    Tu es sur la voie de la rédemption … Cet article est un bel exercice d’introspection et tu sais exactement ce qu’il te faut. Alors cours le prendre ce plaisir qui te manque et reviens pas trop vite nous donner de tes nouvelles😉

  5. Mets un peu plus de légèreté dans tout ça JP, on ne t’en voudra pas d’avoir moins de post
    Pense aussi à toi et à ton bien être
    Amitiés
    jluc

  6. nicolas dit :

    Je te comprends, je passe par là. Une prépa difficile, un marathon très dur, une blessure qui passe difficilement, bref plus trop envie parfois. Effectivement j’ai plus envie de rouler par exemple, sentir le vent dans ce qui me reste de cheveux, juste pour le plaisir. De plus si tu ajoute la vie de famille et le travail ça fait quand même des journée sacrément chargée. Parfois je me demande comment on fait pour tenir le coup. Je suis comme toi, là j’ai envie de courir pour le fun, un bon triathlon, l’ambiance du parc de transition, l’odeur du néoprène … Aller vite, il est l’heure de s’entrainer😉

  7. Cédric V dit :

    La course à peid est un sport exigeant. Qui fait payer de sa personne.
    La tenue d’un blog aussi.
    Pas facile de trouver le juste équilibre. Bon courage !

  8. maya972 dit :

    Tu nous livre là un superbe article. Comme beaucoup d’entre nous, tu es un passionné et tu as à coeur de d’effectuer tes différentes activités du mieux possible. Et ce n’est pas toujours évident, de jongler entre ses différentes passions-obligations. Et surtout il ne faut pas s’oublier.

    Ton article nous rappelle que nous sommes humains après tout, et que l’on ne peut tout faire.

    Je sais que tu sauras te faire plaisir à l’occasion d’une certaine étape. Et tu nous feras également plaisir en partageant ce moment comme tu sais bien le faire. (Tu vois, un nouvel objectif !!😉

  9. Soit fort et bon courage😉

  10. Anonyme dit :

    Il est important je pense de savoir se demander de temps en temps si tout est à la bonne place das sa vie et si la place accordée au sport est la bonne. Il doit effectivement rester plaisir.
    J’ai connu de février à mai une mauvaise période, plus envie de courir. Difficile à gérer. Envie de tout plaquer comme tu le décris. Et puis je n’ai malgré tout pas arrêté, je me suis forcée, j’ai couru mais sans plaisir, fait le marathon que j’avais prévu en limitant les dégâts en termes de chrono. Mais au moins je l’ai fait et je pense qu’il aurait été plus difficile de gérer un forfait .
    Je repars, j’ai recouru ce soir avec le club et j’y ai pris du plaisir. J’espère redémarrer de bon cœur. On peut avoir des moments de faiblesse. Nous ne sommes pas des machines. Et je pense aussi qu’il faut se garder des moments d’oisiveté. Car « remplir » sa vie me semble être symptomatique d’un petit quelque chose qui peut interpeler. Mais cela n’engage que moi bien-sûr. Ce n’est que mon point de vue. Bon courage !

  11. freerunner dit :

    tu es lucide c’est essentiel
    un marathon est une longue histoire et quand elle finit pas comme prévu c’est dur!
    un blog, je le sais maintenant, ca demande un investissement important…
    un sportif doit savoir gérer des cycles de haut et de bas et tu sais le faire
    prends soin de toi

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s