Tendon d’Achille, le meilleur ennemi du coureur

Publié: 10 février 2015 dans Récits
Tags:, , , ,

tendon achille running

Dans la mythologie, le talon d’Achille désigne le point délicat, celui par lequel nous pouvons pêcher. Dans le running c’est identique, il joue le rôle de fusible quand la charge est trop forte. Nous pouvons l’affirmer, il est le maillon faible.

Il y a près d’un mois, je participe à un voyage de presse, qui a pour but de nous perfectionner en ski de fond. Dans mon cas, il s’agira plus simplement d’une initiation car je n’ai jamais chaussé ces planches qui ne font pas corps avec la chaussure. Le froid extrême, la non maîtrise du mouvement, il n’en faudra pas plus pour solliciter le maillon faible. A l’issue du week-end, je n’arrive plus à marcher, mon tendon a doublé de volume.

Un plan marathon qui commence mal
Cette fin de mois de janvier rime pour beaucoup avec le début du plan marathon de Paris. Des séances longues et exigeantes qui nécessiteront la complète disponibilité du corps. Dans mon cas, je n’ai plus grand chose à offrir hormis mon désespoir. J’exagère un peu car mon malheur n’est pas total puisque je peux nager.

VIRB PictureAqua-jogging
Imaginez la scène, un grand dadet arrive sur le bassin avec sa bouée autour de la poitrine. Il se met à l’eau et court sur place. Cela peut sembler bizarre mais pas si vous l’assumez et que votre regard traduit la motivation qui vous anime.De nombreuses personnes sont venues me voir pour prendre de mes nouvelles et  à commencer par le maître nageur. C’est plutôt rassurant.

Ostéopathe
Dès le départ, j’ai consulté mon ostéo pour savoir quelle était la cause de cette tendinite. A priori le ski de fond ne serait que la goutte qui a fait déborder le vase. Le mal était en moi depuis de nombreuses semaines. Le fautif ? Un bassin récalcitrant qui a la fâcheuse habitude de se “bloquer”. Il aurait empêché la jambe droite de fonctionner correctement ce dysfonctionnement  aurait engendré un report d’activité sur la jambe gauche. Cette dernière au fil du temps n’aurait plus supporté la surcharge.

Prendre son mal en patience
J’en suis à trois semaines de convalescence avec l’impression d’avoir perdu toutes mes années running. Comme si une petite interruption, pouvait effacer des années de pratique.

Ces petits “bobos” aident à prendre conscience de combien le sport est nécessaire et important dans nos vies. Mais demain il fera jour…

commentaires
  1. courage mon jipé. Je suis passé par la en 2012, avec des ondes de chocs à la clinique des Lilas. J’espère que tu vas vite revenir champion

  2. Princedereims dit :

    J’en sors juste : 6 mois sans courir. Tendinite d’Achille à l’insertion. Longue errance thérapeutique : kiné avec ondes de choc : sans résultat. Médecin du sport : infiltration. Douleur persistante ! Repos avec toute fois, natation et vélo. Puis mésothérapie. Reprise depuis janvier avec protocole suivant : patch de Flector avant de courir, glace après l’entrainement. Et pour le moment, ça tient ! Quel plaisir après l’abstinence. Alors, courage et patience !

  3. Garde le moral Jean-Pierre, bientôt guéri, tu courras de nouveau comme un léopard.
    Le yoga peut être une aide pour le déblocage, la tonicité du bassin.

  4. Clementine dit :

    Courage ! Change peut être la couleur du bonnet de bain??

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s