Les Foulées du Mégara en Tunisie

Publié: 26 mars 2015 dans Récits, Vidéos
Tags:, , , , , ,

Pour la septième fois, les faubourgs de Tunis accueillent les foulées du Mégara, un semi-marathon international et une course populaire de 5km soit au total près de 5000 participants. Au programme de cette journée : du soleil, de l’amitié et du sport…

Avant de débuter cet article, il est important de retranscrire le contexte qui a régné 48h avant notre départ. Mercredi 18 mars, a eu lieu en plein cœur de Tunis, une attaque visant des touristes au musée du Bardo. Ma venue était planifiée de longue date, mais les “événements” ont remis en cause mon départ. Si j’écoute mon entourage et la rumeur publique, je ne pars pas et annule immédiatement ce reportage.

Acte citoyen ou inconscient, je décide de ne rien changer au programme. Je serais de ce voyage qui marquera ma solidarité au peuple tunisien. Le sport colporte des valeurs universelles de paix et de tolérance qui ne supporte pas les actes d’exclusion et de violence. D’ailleurs sur la zone de course des banderoles indiquent : “les sportifs du monde sont tous Tunisiens”, cela résume parfaitement l’état d’esprit de ce dimanche matin.

La Marsa, accueille les foulées du Mégara
Nous arrivons sur la zone de départ une heure avant, ce qui nous permet de nous imprégner de l’ambiance et de ressentir (ou pas) les tensions. Ce départ, ressemble à tous les départ du monde : il est joyeux et festif ! Le peuple Tunisien a repris le pouvoir en décidant ne pas succomber à la terreur. Cette fête ne fait pas oublier les victimes des jours précédents, pour preuve, de nombreux athlètes arborent un brassard noir.

Les Foulées du MégaraEn mode reportage
Comme à mon habitude, je réaliserai un reportage en immersion avec caméra pour retranscrire ce semi-marathon. La sono crache des tubes internationaux. Des “ambianceurs” juchés sur un podium assurent l’ambiance au rhytme de la Zumba.

Je dois l’avouer, il règne une petite anarchie propre à l’Afrique. Il y a deux courses, un 5 km et un 21 Km avec un départ différé de 20 mn. N’empêche que de nombreux concurrents du cinq sont devant, idem pour les niveaux. Tout le monde veux être sur la première ligne, champion ou une grand-mère…

Top départ
Nous voila libéré après 8 mn de retard. Un joyeux bazar s’organise à travers les rue de la ville. Les tenues des concurrents sont très disparates. Certains sont en runners, mais ils ne représentent pas la majorité. D’autres sont déguisés, ou carrément en costumes traditionnels Tunisien, ce qui compte tenue de la météo, promet de gros coup de chaleur !

Les Foulées du MégaraLe parcours n’est pas simple
La boucle de 21 km, n’est pas ce que l’on pourrait appeler du billard. Nous trouvons dès le 2e Km un mur à grimper, qui sera suivi d’une longue descente. Les montagnes russes s’enchaînent tout au long de la première partie. A partir du 10e Km débute une interminable ligne droite, qui semble s’étirer au loin. Nous longeons maintenant la mer, elle nous accompagnera jusqu’au bout.

Emballage final
Nous voilà dans les derniers kilomètres, c’est là que les choses se compliquent avec une ascension sur la ville de la Marsa. Comme pour appaiser notre souffrance, un paysage avec vue sur la mer apparait à notre gauche. L’instant est magique, je me sens bien, j’ai envie d’accélérer. Je cale mes pas sur un concurrent que je ne quitterais plus.

La ligne d’arrivée
Au détour d’un rond point, la clameur de la foule se fait plus forte. La sono crache ses watts sur un public venu nombreux. Le soleil confère à l’instant une grâce indescriptible. Nous sommes littéralement portés par les hourras. Je franchis le portique en 1h35 ce qui reste anecdotique compte tenue de l’aventure que je viens de vivre. J’ai même un regret, j’aurais voulu prolonger cet instant. Comme repartir pour un tour…

Dotations et sustentation
Il faut le savoir cette course est gratuite, et pourtant nous avons droit à l’arrivée à un tee-shirt plutôt sympa, ainsi qu’à une médaille qui n’a rien à envier à ses homologues françaises. Pour le ravitaillement, vous recevez un sac qui contient, une bouteille, des makrouts, des cup-cakes et des chips… Un mélange étonnant mais bienvenue pour refaire le plein d’énergie.

Les Foulées du MégaraAvis sur la course
Nous sommes loin de l’organisation au millimètre du marathon de Paris. L’épreuve n’a que sept ans, elle doit alors composer avec sa jeunesse et ses moyens… Le départ ne comporte pas de sas, mais pour un milliers de concurrents est-ce nécessaire ? Le départ a eu 8 mn de retard ! Que représente ces quelques minutes comparé à ce qu’a vécu la ville ces derniers jours ? A l’arrivée pas de puce, pas de code barre. C’est encore le système manuel qui note tous les numéros sur une feuille. Ce qui engendre une petite attente une fois la ligne franchi.

Lorsque l’on traverse la Méditerranée il faut se mettre au diapason et laisser de côté sa vison manichéenne. J’ai passé un très bon moment en compagnie de cette population meurtrie mais qui a su, le temps d’une course, retrouver le sourire. Alors ne succombons pas aux préjugés et ne plions sous la terreur. Il faut vivre debout et courir !

Rencontre avec Riadh Ben Zazia organisateur des Foulées du Mégara

©rédit photo : Karim Mosta
commentaires
  1. Heifa dit :

    Dommage de réduire la Tunisie à un pays d’afrique! Sachez monsieur que si c vrai que dans cette course on voit tres bien le coté amateur ou mauvaise organisation, il faut noter aussi qu’il s’agit dune association qui l’organise. Tte lorganisation repose sur une equipe de 4 personnes au plus! Avez vous demandé à quel montant s’elevent les depenses? Savez qu en tunisie il y a au plus 15 courses sur l’année …

  2. sicomaviblog dit :

    super récit jipé. ça donne envie de voyager !! Jean Pierre

  3. Bonjour Heifa, loin de moi l’idée ou l’intention de blesser en disant que la Tunisie et cette course comporte quelques comportements propre à l’Afrique. Aussi j’ai retiré ces propos du récits…

  4. massinissa dit :

    Je pense que le côté un peu anarchique est plutôt dû à la coexistence de coureurs de 21 km (plutot disciplinés) et de 5 km (qui viennent pour faire la fête). A part ça, bon reportage et revenez nous voir car, finalement, les coureurs sont une grande confrèrie… 🙂

  5. Lassaad dit :

    Excellent reportage que je trouve rès objectif !
    Même si l’ambiance et le parcours sont magnifiques, la course serait mieux avec:
    – Départ à l’heure (!!!)
    – Sépération entre 5km et 21km
    – Chrono avec puce
    – Un peu de bon sens de la part des coureurs pour se placer au départ en fonction du chrono estimé.

    Cela n’enlève rien au mérite des organisatiseurs, ils ont fait du bon travail avec les moyens dont ils disposent.

    Merci pour ce reportage qui me donne envie de refaire cette course l’année prochaine !🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s