Corrida du Vieux-Port

Publié: 6 janvier 2016 dans Récits

corrida_vieux_port.jpg

Quoi de plus sympa pour bien terminer l’année qu’une corrida ? Je ne vous parle pas d’une animation taurine, mais d’une course populaire qui a lieu la nuit. Celle-ci se déroule sur le Vieux-Port de Marseille sous l’œil bienveillant de la “bonne-mère”.
Dimanche 27 décembre, le rendez-vous est pris sur le port pour participer à la dernière course de l’année. Cette épreuve organisée par le SMUC réunie chaque année de plus en plus de participants. Au programme du sport, mais surtout de la bonne humeur, avec un concours de déguisement et à la fin des six kilomètres une galette des rois offerte à tous les participants.

Les retrouvailles
Je participe à cette course depuis deux ans, à chaque fois, c’est l’occasion de retrouvailles avec les anciens coureurs marseillais. C’est ici, dans cette ville, que j’ai commencé à courir il y a une trentaine d’années. Alors forcément, je connais pas mal de monde…
Les retrouvailles les plus marquantes, sont celles avec l’un de mes anciens entraîneurs : Daniel Hubert, qui malgré sa retraite professionnelle, n’a pas déposé les armes aux niveaux du running !

151110_111705Un départ sur le Vieux-Port
Le départ est donné sur le vieux-port devant la mairie de Marseille, sous le regard bienveillant de la Notre-Dame-de-la-Garde que les habitants appellent affectueusement “la bonne-mère”. Au fil des ans, de plus en plus de monde viennent grossir le peloton de cette corrida. Près de la moitié des concurrents sont déguisés, avec pour certains, une recherche très poussée dans la créativité, ce qui est le cas par exemple de Stéphanie et Jean-Louis qui obtiendront d’ailleurs le prix du meilleur déguisement.

Top Départ
J’ai été malade toute la semaine, la faute à un rhume et pourtant, je suis confiant ! Dès l’échauffement, j’ai de bonnes sensations, il n’y a donc pas de raison que ce ne soit pas également le cas lors de la course ? La condition, ne pas partir trop vite…

Coup de pistolet, nous nous élançons comme des balles. Je suis pris d’euphorie, mais reste prudent. Au bout d’un kilomètre, je m’aperçois que malgré ma prudence, je passe encore trop vite en 3’ 53’’, il faut laisser filer, sinon, ce sera le crash.

Je trouve mon rythme à 15 Km/h, je retrouve mes amis Éric et Daniel, nous ferrons un bout de chemin ensemble. Le parcours est fait de deux boucles, qui elles-mêmes sont composées d’aller-retour, ce qui donne l’occasion de croiser les concurrents. C’est un vrai plus pour l’animation.

La ligne d’arrivée
Confortablement installé dans ma vitesse de course, mais c’est déjà la fin. Je me prends au jeu du sprint final, avec le groupe qui m’accompagne. Je donne tout, comme si je jouais la finale olympique du 10 000 m. La ligne franchie, je n’oublie pas de stopper mon chrono et d’observer le temps de 24’ 23’’ qui me va très bien.

Il est temps de passer aux festivités en partageant verres d’eau et galettes des rois en compagnie des nombreux amis présents ce soir-là. Et si finalement le sport n’était qu’un prétexte pour provoquer ce genre de bon moment ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s