Trail urbain de Marseille

Publié: 7 novembre 2016 dans Récits

Quoi de neuf sous le soleil ? La capitale phocéenne, est en perpétuel renouvellement. Le Trail Urbain pour sa première édition est un bel exemple d’appropriation de la ville qui promet de faire découvrir la ville comme on ne l’a jamais vu… Promesse tenue ?

Le concept de trail urbain, n’est pas nouveau. De grandes villes comme Lyon, Belfort, Nevers possèdent le leur. Ce qui est nouveau à Marseille, c’est d’explorer des chemins de traverses, de points de vues nouveaux. Ce Trail Urbain, doit son nom aux différents dénivelés qu’offre le parcours, car la course se déroule à 50% sur le bitume.

La course en détails

Pour être exact, il faut parler « des » courses, car il y a deux format : un 7 Km et un 14 Km. Les deux possèdent le même départ au parc Pastré. Ce domaine bien connu des runners marseillais, offre un terrain de jeux idéal pour les sportifs car aux portes des Calanques et à une centaine de mètres du bord de mer.

Le départ est fixé à 8h30. Dès 8h des animations sont proposées pour réchauffer les concurrents, le soleil est bien présent, mais un mistral glacial souffle sur les corps dénudés. Deux coachs fitness réussissent à « enflammer » le public composé (à vue de nez) pour moitié de femmes. Des chorégraphies s’enchainement sur fond de musique Techno. Pas de doute, nous gagnons quelques degrès.

Top départ

Un souci de bénévole, retardera le départ d’une dizaine de minutes. Même si les « élites » sont impatients d’en découdre, l’ambiance reste bon enfant. Un décompte est entonné par la foule : « 5, 4, 3 , 2, 1… ». Le départ étant en descente, le rythme est très élevé. Il y a un « warm up » de 2 Km dans le parc sur des chemins de pierre, qui permet d’étirer le peloton avant de regagner le front de mer.

Course avec vue

Nous sommes désormais tout proche de la mer, nous allons la longer sur près de 5 Km, de la Pointe Rouge aux plages du Prado. Nous empruntons, les chemins, les buttes de gazon ou même le sable du bord de mer. C’est au bout de cette plage, que la moitié des concurrents qui participent au 7 Km s’arrêteront. Pour nous un ravitaillement, indique la suite de l’aventure urbaine.

La bonne mère

Pour les marseillais, la basilique de Notre-Dame-de-la-Garde revêt un caractère affectif, que l’on soit croyant ou pas. Tous se réfèrent à elle pour demander un coup de pouce. Justement, nous aurons bien besoin de ce coup de pouce, tant l’ascension par le chemin du Roucas Blanc semble abrupt.

Nous avons quitté le bord de mer, pour nous attaquer à « l’ascension ». Certes, ce n’est pas l’UTMB, mais le pourcentage des côtes et surtout les escaliers coupent « les pattes ».

trail_urbain_de_marseille_5

Le slogan sur l’affiche disait vrai : « Marseille comme vous ne l’avez jamais vu ! » Nous empruntons des chemins, dont je ne soupçonnais même pas l’existence. Après de nombreux escaliers, nous sommes en approche « du chemin de croix ». Le « mur » qui nous mènera au point culminant de cette course : « la bonne Mère » !

Un panorama sur Marseille

Au sommet, la vue est incroyable, nous avons sur notre droite, le vieux port et au loin l’Estaque. Sur la gauche, les plages et le début du parc des calanques. Je prends le temps de faire des photos pour immortaliser cet instant unique.

trail_urbain_de_marseille_4

Désormais, nous entamons une descente abrupte en direction du niveau de la mer. Le peloton qui semblait à la peine dans la montée semble avoir retrouvé toutes ses forces pour dévaler les derniers kilomètres.

Arrivée sur la plage

Malgré le mistral, de nombreux spectateurs avaient fait le déplacement. Le speaker « s’époumone » pour accueillir chaque conçurent comme s’il venait de remporter l’épreuve. Il est temps de retrouver les amis et de faire le « debreaf ». C’est le meilleur moment de la course. Celui où nous évoquons les moments forts mais également les coups de moins bien de l’épreuve.

Conclusion

Les organisateurs espéraient pour cette première, 800 concurrents… nous étions 2000 ! Il y a quelques axes d’amélioration comme la gestion du départ, et surtout de l’arrivée, avec un ravitaillement sous-dimensionné pour le nombre de concurrents. Le dernier quart des concurrents ont dû se contenter des « miettes » pour se sustenter. Mais comme annoncé plus haut, jamais les organisateurs avaient imaginé un tel succès.

Ces petites erreurs de jeunesse sont pardonnées tant le parcours est novateur est agréable. Le rendez-vous est pris pour l’an prochain. Je ne doute pas que cette épreuve, trouvera très rapidement son public et deviendra au fil du temps une grande classique.

trail_urbain_de_marseille_3
© Photos : Jean-Marie Gueye
commentaires
  1. Anonyme dit :

    Belle video bien représentative du parcours ! Un très bon moment , à refaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s