Challenge Nice Mont-Ventoux 2017

Publié: 29 juin 2017 dans Récits

DSC01221

Comme son nom l’indique, le challenge Nice Mont-Ventoux est une course vélo dont le départ est à Nice et l’arrivée au sommet du Mont-Ventoux col mythique du Vaucluse. Une épreuve de 400 kilomètre en trois étapes. Le but premier de cette épreuve, réunir des chefs d’entreprises ou des cadres dirigeants pour faire du réseau et vivre une expérience sportive.

J’ai toujours été passionné en marge de la course à pied par le vélo. Les nombreuses années de pratique de triathlon m’ont amené à pratiquer ce sport pour lequel je dispose de qualité naturelle. L’objectif estivale étant la cyclotouriste « Etape du Tour » organisé par ASO (Tour de France) qui propose une boucle de 180 Km avec deux cols hors catégories (col de Vars et col de l’Isoard), il me fallait donc une répétition…

Les concurrents

Il est délicat de parler de concurrents ou même de course, car ce challenge n’est pas chronométré hormis l’ascension du Mont-Ventoux. Nous sommes plutôt des partenaires, des camarades liés par l’effort et l’amour de la petite reine.

Le profil des concurrents est assez similaire, ils ont tous entre 45 et 55 ans et pratique le vélo en loisir avec plus ou moins d’assiduité. Deux féminines étaient au départ de cette édition 2017. Comme souvent, elles sont très impliquées et prennent cette balade avec beaucoup de sérieux. L’une d’elle signera d’ailleurs le troisième meilleur temps lors de l’ascension.

Le point commun, ils sont tous chefs d’entreprises et ont choisi le vélo comme loisir, comme l’était autrefois le golf. D’ailleurs une maxime l’annonce : « cycling is the new golf !»…

Première étape

Je n’ai jamais fait de courses vélo à étapes, il est donc difficile de calibrer son effort. Je m’étais promis de partir doucement et de suivre le paquet. C’était sans compter sur mon orgueil de compétiteur ! Je ne peux m’empêcher de suivre les leaders dans les bosses et l’arrière-pays niçois en comptent de très belles. Toutes les deux heures, nous faisons une pause pour remplir les bidons et regrouper le peloton. Cela permet de récupérer et souffler un peu. Idem pour la pause de midi, c’est bien plus qu’un ravitaillement qui nous attend mais un pique-nique avec tous les ingrédients nécessaires pour refaire le plein.

A la reprise, je tente de suivre le leader dans une très longue ascension. Il fait très chaud, je puise dans mes réserves et je commence à sentir des crampes pointer sur mes quadris meurtris. Je ralentis, et gère au mieux avec le peu de force qu’il me reste. Je finirais cette première étape bien entamé…

 

Deuxième étape

Cette étape s’annonce comme la plus belle, nous allons traverser les gorges du Verdon et leurs canyons à couper le souffle. A ce moment-là, je ne fais plus la course, je redeviens un blogueur et je profite de tous ces instants pour faire des photos, des vidéos. Il faut savoir profiter de ces moments magiques !

Nous dépassons la belle ville de Moustiers-Sainte-Marie et nous attend une belle surprise : « l’enfer du sud ! », une côte de 3 km qui serpente à 17%, soit un mur qui se tient devant nous et nous défie. J’ai beaucoup de mal avec mon développement de 39 x 25. Il me manque quelques dents pour être plus serein. Je serre les dents et cela passe.

Cet épisode fait germer en moi une angoisse, demain c’est le Mont-Ventoux et je ne suis pas équipé pour grimper ce géant. J’ai peur de ne pas y arriver ! Je cherche une solution de repli en louant par exemple ou en changeant ma cassette arrière, mais il est trop tard. Je vais être seul face à mon destin…

Troisième étape

La difficulté de challenge nous attend ce matin, l’ascension du Mont-Ventoux par Sault. Il arrivera au terme de 45 Km d’échauffement. Me sentant un peu juste, j’ai demandé à mon frère de venir m’aider en jouant le rôle de lièvre. Il accepte cette mission sans sourciller. Il possède un solide niveau en vélo.

Au village de Sault, tout le peloton se regroupe et nous allons procéder à un contre la montre. Un départ toutes les minutes, les plus « novices » partant en premiers. Compte tenu de mes « exploits » dans les bosses précédentes, je pars avec les favoris. Ce statut me met une pression incroyable.

Je suis sous les ordres du starter qui décompte : 3, 2, 1, partez ! J’éprouve à ce moment une décharge d’adrénaline que seuls les compétiteurs peuvent comprendre. Je n’ai plus mal aux jambes, je n’ai plus peur, je fonce !

C’est la première fois que je grimpe par ce versant et les premiers lacets me semble bien plus simple que par Bédouin. Je rattrape régulièrement des concurrents partis devant moi. Nous avons avec mon frère une bonne allure. Ne sommes-nous pas partis trop vite ? La réponse, ne tardera pas à nous apparaître.

Chalet Reynard, le juge de paie

Tous les cyclistes vous le diront, le chalet Reynard symbolise le début des difficultés. Je demande à mon frère de faire une pause. Nous soufflons quelques minutes et j’en profites pour faire une vidéo. Un peu à la manière d’un testament, je laisse un message pour mes proches.

Malgré mes braquets inadéquats, je n’ai pas souffert jusqu’ici, les six derniers kilomètres seront une autre histoire. Je m’élance du chalet Reynard avec une grande détermination, je dois contrôler ma vitesse et ne pas m’enflammer. C’est donc avec rythme soutenue mais sous contrôle que nous partons à l’assaut de Mont.

Il fait chaud, même très chaud. Je pense à boire et à m’asperger la nuque et les cuisses pour ne pas surchauffer. Je suis debout sur les pédales, nous approchons du but. Encore un effort et je serais au sommet, je donne tout et même au-delà. Je termine en asphyxie complète. J’ai du mal à respirer, je pense un instant tomber dans les pommes, mais la joie d’être au sommet en compagnie de mon frère me redonne les forces nécessaires. Je signerais finalement le deuxième meilleur temps de ce challenge vélo sur la vingtaine de concurrents que nous étions. Nous immortalisons cet ascension par une photo de groupe. Malgré la fatigue, tous affichent de grands sourires, le pari de Emmanuelle Livet et Jean-Baptiste Wiroth les organisateurs est réussi !

photo-finish-souvenir-copie-600x400

En résumé

Une très belle épreuve qui mélange sport, business, réseaux professionnels, hôtels de luxe, restaurants gastronomiques et découverte de panoramas à couper le souffle. Je recommande ce challenge pour découvrir dans les meilleurs conditions le sud-est de la France en compagnie d’un coach toujours à l’écoute de chacun.

Plus d’infos

http://sport-entreprise.fr

http://www.vo2maxvoyages.com/voyages/challenge-nice-mont-ventoux-2017.html

Le résumé en images

 

Publicités
commentaires
  1. Anonyme dit :

    Bravo Jean-Pierre tu l’as fait

  2. Eric Noirault dit :

    Bravo Jean-Pierre tu l’as fait

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s