Garmin Fenix 5, la montre tout-terrain !

Publié: 13 septembre 2017 dans Matériels
Tags:, , ,

Garmin_Fenix5_01

Dans la famille Garmin la dernière-née dispose de l’héritage développé par les modèles précédents. La Fenix 5 possède de tout ce que vous pouvez imaginer pour une montre sport. Je dispose de ce modèle depuis le mois d’avril 2017 et j’ai testé la montre sur de nombreux terrains à travers le monde.

Cette année 2017 sera décidément différente à bien des égards. Pour la première fois de ma longue vie de coureur, j’ai mis de côté la performance et la vitesse pour privilégier l’endurance et la découverte.

La première expérience, et pas des moindres, sera l’Ultra Run Raramuris au Mexique, une course de 180 Km avec 10 000 mètres de dénivelé. Ce fut certainement l’expérience la plus incroyable qu’il m’ait été donné de vivre dans ma carrière. Une course avec au départ des indiens Tarahumaras au visage si singulier, des canyons hostiles mais tellement beaux. Et au milieu de tout cela, moi et ma Garmin !

Première utilisation, Ultra trail au Mexique

Le premier défi pour la Fénix sera l’autonomie, comment disposer d’un enregistrement de ce qui sera surement ma plus grande folie. L’autonomie de la montre est d’environ 24 h (selon le constructeur) en mode GPS, comprendre avec un tracé précis d’environ un point de trace toute les secondes. Il y a sinon la possibilité UltraTrac, qui ne prend plus qu’un point toutes les minutes et pousse l’autonomie jusqu’à 60 heures. Cela semble la solution la plus adéquate, sauf que pour mon premier ultra, je ne suis pas sûr de terminer dans le temps à disposition et l’idée d’avoir une trace imprécise ne m’enchante guère. De plus au fond des canyons, il sera difficile de capter les satellites, donc le combo proposé par le constructeur GPS + Glonass, soit le satellite américain associé au satellite russe permet d’obtenir une trace quasi parfaite. Mais dans ce cas, nous réduisons encore l’autonomie.

La solution, une batterie externe

Après avoir discuté avec les techniciens de la marque, la meilleure solution serait de pouvoir recharger la montre en cours de route. Il y aura sur le parcours deux ravitos dans des bâtiments bénéficiant d’électricité. Pour le reste, la solution sera une batterie externe comme celle que nous utilisons pour les téléphones mobiles. Dans ce cas, je pourrais utiliser toutes les fonctions de la montre y compris le cardio au poignet.

Cette fonction de recharge en utilisation est relativement nouvelle. Autrefois, lorsque vous lanciez la recharge, cela coupait le chrono. Désormais cela est possible en activant la fonction dans les paramètres de la montre.

Dans les fonctions à disposition et utiles sur ce genre d’aventure : l’altimètre barométrique et le compas électronique 3 axes avec gyroscope. Mais pour être honnête, je n’ai pas toutes les compétences pour ces fonctions avancées.

Lorsque vous mettez la montre en charge, il est impossible de la porter au poignet à cause de la connectique qui se trouve sous le boitier. Dans ce cas, la montre est attachée au sac jusqu’à la recharge complète ce qui prend en général 2 heures sur batterie.

Trace de l’ultra run Raramuris sur Garmin Connect : https://connect.garmin.com/modern/activity/1714041104

Deuxième utilisation, l’Etape du Tour

L’Etape du Tour est une course cycliste de 180 km issue du Tour de France mais ouverte au public. Cette année c’est l’étape de montagne Briançon-Col de l’Izoard qui a été choisie pour son magnifique parcours qui emprunte deux cols hors catégorie : le col de Vars et le fameux col de l’Izoard.

Etapedutour2017_2

Pour cette préparation, la montre me sera également très utile. Il existe des compteurs de vélo Garmin plutôt performant, mais je trouve qu’ils font double emploi avec la montre. En effet la plupart des fonctions sont semblables. Les parties différenciantes sont la cartographie qui agit comme un GPS de voiture pour vous guider à travers vos balades vélos ou des gadgets comme la météo en live. La Garmin Fénix 5 X possède également des fonds de carte, mais pas la 5 Sapphire Black que je possède en revanche la mienne possède une plus grande autonomie et une plus faible épaisseur de cadran ce qui esthétiquement n’est pas négligeable.

Les accessoires cyclisme de chez Garmin sont compatibles avec la montre Fénix 5 :

Pour cette épreuve vélo, il n’y a pas de stress à avoir sur l’autonomie, je serais rentré avant 10 heures de course. Je peux donc utiliser toutes les fonctionnalités en même temps. J’ai donc usé du cardio-fréquencemètre, de l’altimètre, du chrono, du GPS. Bref le bonheur pour un geek sportif !

Trace de l’Etape du Tour sur Garmin Connect : https://connect.garmin.com/modern/activity/1861613960

Troisième utilisation l’OCC à Chamonix

L’OCC est la petite sœur de l’UTMB. Epreuve qui a lieu le dernier week-end du mois d’aout et constitue la plus grande épreuve au monde de trail-running. Malgré mon expérience sur l’Ultra Run Raramuri au Mexique. J’estime que les conditions de course (météo, taille du peloton) et surtout l’intensité de course ne seront pas du tout les mêmes. Je me retrouve à nouveau dans la peau d’un « débutant » qui a tout à apprendre des règles du jeu de ce sport.

La course fait 57 km et débute en Suisse à Orsières, elle est constituée de quatre gros cols qui constituent au total un dénivelé positif de 3500 m. Tout ce périple nous ramène en quelques heures à Chamonix capitale des sports outdoors. Pour ce nouveau test de la montre, j’avais envie de d’explorer le mode « navigation ». L’organisation de course nous a fourni un tracé du parcours au format GPX. Il suffit de l’importer dans la montre, d’ouvrir le mode navigation et vous voilà assisté par un co-pilote qui va, en temps réel, vous donner les informations sur votre course.

Il y a cependant un bémol, si vous n’avez pas un mental de Ninja ou que vous êtes un peu juste en préparation. Il est parfois difficile de d’apprendre que vous êtes seulement à 25% de la course et à un tiers de l’ascension de ce col. Dans mon cas, j’étais prêt et je voulais savoir la vérité !

Ce que propose le mode navigation

Une fois que vous avez installé la trace que l’on vous a fourni, cela peut-être une organisation, un ami, ou que vous avez dessiné vous-même sur des logiciels spécialisés. Il suffit de lancer « effectuer le parcours » pour qu’apparaissent sur votre écran les informations nécessaires :

  • La carte, avec les symboles du départ et de l’arrivée, mais également de votre position en temps réels
  • Une boussole avec les azimuts à prendre et une information sur la distance effectuée
  • Le profil de course avec les dénivelés parcourus et à venir
  • Votre distance restante et votre ETA (estimation du temps d’arrivée). Ce cadran fait très mal au mental parfois !
  • Les autres informations sont classiques au profil running

Tout au long de mon cheminement entre la Suisse et la France j’ai eu les yeux rivés sur la montre pour connaitre les difficultés à venir. A un moment de course, je vois le sommet tout proche et pourtant la montre m’indique que nous sommes seulement au deux tiers. Je pense qu’elle débloque, mais comme c’est souvent le cas en montagne, un sommet en cache un autre…

Trace de l’OCC sur Garmin Connect : https://connect.garmin.com/modern/activity/1951384401

OCC_2017_02

Existe-t-il des défauts sur cette montre ?

L’autonomie face aux épreuves de plus en plus longues est une demande express des trailers. Désormais, 20h ne suffit plus et certains réclament 40h comme le temps maximal pour courir l’UTMB. La technologie du Lithium évolue d’années en années, la montre est donc tributaire des batteries et de ses évolutions.

Les fonctions sont de plus en plus nombreuses et de plus en plus pointus, en fonction de vos pratiques, et surtout de vos attentes. Cependant, peu nombreux sont ceux qui utilisent et comprennent plus de la moitié de ces fonctions. Il faut affronter le manuel ou se rendre sur des sites référents comme Nathan.ch par exemple.

Le cardio-fréquencemètre au poignet est devenu une norme pour les montres. Les conditions requises pour que le résultat soit fiable est bien plus contraignant qu’avec la ceinture. Il faut que la montre soit bien serré au poignet, ce qui dans mon cas est assez gênant au fil des heures de course. Je préfère porter une ceinture autour du torax car je trouve le résultat plus précis. Il suffit de désactiver le cardio optique et de faire l’appairage avec la ceinture comme sur n’importe quelle montre.

Le prix de la montre n’est pas à la portée de toute les bourses, mais il faut avoir en tête que nous sommes sur du haut de gamme et que ce prix correspond à ce que propose la concurrence chez Suunto par exemple avec sa Spartan.

En conclusion, une très belle montre qui, grâce à son bracelet facilement interchangeable, s’adaptera à toutes les situations sportives ou professionnelle. Elle ravira la plupart des sportifs (runners, trailers, triathlètes, nageurs, crossfiters, etc…) qui ont besoin de recueillir des données précises de leurs entrainements pour les faire analyser, comme c’est mon cas, par un coach à distance.

De nombreuse fonctions n’ont pas été abordés dans cet article comme la fonction natation que j’utilise régulièrement. Nous y reviendrons prochainement.

Plus d’infos sur le site officiel Garmin 

Publicités
commentaires
  1. camdewoods dit :

    Pas du tout à la portée de ma bourse pour l’instant mais j’en rêve !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s