FitBit Semi de Paris, la mise en confiance ?

 

Vincent Gaudin

J’ai entrepris pour le printemps de participer au marathon de Paris. Comme pour chaque préparation sérieuse, il faut y inclure un semi-marathon à un mois de l’épreuve pour se rassurer. Le suis-je vraiment à l’issue de ce semi-marathon ?

Après avoir passé une année 2017 sous le signe de l’ultra avec la course au Mexique Ultra Run Raramuri et l’OCC à Chamonix, j’ai souhaité revenir aux basiques en faisant la saison de cross et envisager un marathon. Paris est comme une évidence puisque c’est la ville ou je réside. Certes, il n’est pas le plus facile, mais offre néanmoins une facilité d’accès comparé à une épreuve à l’étranger. Rien de plus fatiguant qu’une course à l’extérieur qui implique des changements de literie et d’alimentation.

J’ai donc programmé ce marathon depuis le mois d’octobre 2017 en compagnie du coach qui m’accompagne depuis un an et demi : Jean-Baptiste Wiroth de WTS The Coaching Compagny. Nous avons imaginé ensemble, ce qui serait la préparation idéale. Une préparation idéale est celle qui se base sur un objectif réaliste et réalisable. Exit les moins de 3 heures. Je ne pense pas après une année d’endurance sans vitesse, être capable de courir aussi vite. Nous allons donc miser sur une course en moins de 3h 15 avec comme objectif ultime d’approcher les 3h 06 que j’avais réalisé à Paris, il y a maintenant 5 ans.

Cependant, il y a un facteur qui joue contre moi, l’horloge biologique ! En effet, durant ce temps, j’ai pris 5 ans et dépassé la date de péremption des 50 ans… Il s’agit d’humour, car je ne crois pas trop à cette fatalité. Je pense que si la tête le veut, le corps suivra… dans la limite des ambitions, bien entendu. Sinon, autant arrêter tout de suite la compétition ?

Semi_01

Le semi pour se mettre en confiance ?

Ayant débuté une préparation optimale dès le mois de janvier, j’aurais dû arriver sur le semi de Paris plein de confiance, et pourtant ce ne fut pas le cas… En effet, une blessure au mollet droit m’a empêché de courir pendant un mois. Un mois de carence à ronger son frein et à fréquenter la salle de sport pour faire du vélo.

A raison de 4 fois par semaine, j’ai pédalé et musclé mes jambes pour entretenir une tonicité et conserver un cardio optimal. Mais nous le savons tous, le vélo est un excellent complément, mais ne remplace pas des sorties running. C’est donc avec un « trou » d’un mois que je me présente sur la ligne de départ.

Les consignes…

Cette course, va servir de révélateur. Elle doit révéler mon état de préparation et faire un instantané de la forme actuelle. La consigne est donc de faire la course dans des conditions « normales » tout en tenant compte de cette carence. Plutôt que de partir sur un rythme de semi, je partirai sur mon rythme de marathon qui se situe entre 4’ 20 et 4’ 30 du kilomètre. C’est cette fourchette basse qui est adoptée.

Pour m’accompagner, je trouve deux camarades de jeux : Alain et Vincent Gaudin ultra trailer accomplie qui a en « horreur » la course sur route, mais qui veut bien m’accompagner pour vivre une « expérience ».

Top départ

Nous voilà tous les 3 dans le sas de départ. L’accès est fluide. Au fil des années l’organisation a bien progressé. La mise en place de sas par niveaux permet de partir à son allure dès le départ. Là ou autrefois, il fallait slalomer entre les coureurs d’un niveau inférieurs. Il est possible aujourd’hui de courir dès le départ !

Nous profitons du faux plat descendant pour lancer la course. Nous sommes dès le départ sur de bonnes bases. Il suffira de respecter cette allure pour finir en moins de 1h 35’. Facile, non ?

Les quartiers de Paris s’enchainent et public malgré le mauvais temps est bien présent. Certaines teams comme celle Adidas Running font un « boucan » de tous les diables au passage de leurs athlètes. Des coureurs autour de moi se plaignent de ce vacarme. Je reste positif et trouve cela plutôt encourageant, même si cela ne nous est pas directement destiné.

 

Semi_03

A partir de la mi-course

Nous avons perdu Alain pour qui l’allure était trop rapide. Les successions de faux plats ont eu raison de son allure. Vincent est toujours près de moi, mais au 14e Km, il fait la grimace. Il se laisse légèrement distancer. Je reviens le chercher et lui ordonne de toujours rester au contact, sous peine de décrocher définitivement. C’est ensemble que nous devons franchir cette ligne d’arrivée.

Les 6 derniers kilomètres sont en monté, le traileur retrouve un peu d’énergie dans ce genre d’effort qu’il affectionne. Nous sommes désormais dans le bois de Vincennes ou le public est moins nombreux. C’est au mental qu’il faudra terminer la course. Nous sommes côte à côte, nous ne disons pas un mot, mais imaginons les sentiments de l’autre.

Semi_02

L’arrivée est proche

Dépassé l’hippodrome, nous entamons la dernière ligne droite de presque deux kilomètres. Une énergie positive, nous envahie et nous accélérons. Nous passons de 13,5 Km/h à quasiment 15 Km/h. Nous sommes sur un nuage. Nous voyons désormais la ligne d’arrivée et entendons la sono. Nous entamons notre dernière « remontada » pour franchir la ligne main dans la main. Aussitôt, nos mains se lâchent pour arrêter le chrono. L’amitié à ses limites que le segment Strava ignore…

Notre contrat est rempli, nous terminons en 1h 34’ et 45’’. Nous sommes sous la barre des 1h 35, mais loin de mon record de 1h 24’. J’explique aussi à mon voisin que ce semi est supérieur au temps de passage qu’il faudrait que j’effectue sur marathon pour finir sous les 3h 10. En effet, je devrais dans un mois effectuer deux semi à la suite avec le premier en 1h 32’ pour espérer finir le marathon en 3h 06’. Mais ne nous gâchons pas le plaisir et prenons les choses de façons positives et dans l’ordre d’apparition. Nous sommes très heureux de cette prestation et c’est là l’essentiel !

Dans quelques jours, je prendrais une décision sur ma participation (ou non) au marathon Paris. En attendant, l’aventure continue…

Semi_01

 

© Crédits photo ASO

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s