Eco-Trail de Paris 2014

EcoTrailDeParis2013_©AnthonyChaumontel_10

Un trail à Paris, résonne toujours comme un canular, pourtant les plus septiques ont eu l’occasion de constater durant les six dernières épreuves que la nature en Île-de-France était très présente et fournie et que les nombreux bois, forêts et parcs étaient souvent méconnus. L’épreuve nature parisienne atteint le cap de la septième année avec confiance. Elle a su, au fil des ans, innover et trouver son public. Au programme quatre distances (80, 50, 30 et 18 km) sans oublier les randos et les marches nordiques. Découvrons au travers des coachs Xrun les nouveautés 2014…

Nouvelle arrivée
Pour la seconde année, l’arrivée du 80 km ne sera pas au sommet de la tour Eiffel toujours en travaux. C’est donc le prestigieux Trocadéro qui accueillera en héros les finishers de l’Ultra.

Retrait des dossards
Situé au Parc des Expositions de la Porte de Versailles, le Salon Destinations Nature accueillera  la remise des dossards de l’Eco-Trail de Paris sur un espace de 2000 m² entièrement dédié aux épreuves naturelles.

Actions éco-responsables
La course a l’ambition de ne pas être uniquement un événement sportif mais une manifestation porteuse des fondamentaux du développement durable. Des actions éco-responsables concrètes sont donc menées depuis l’origine et l’événement soutient plusieurs projets, de manière durable. En 2012, l’Eco-Trail a généré un total de 220 tonnes équivalent CO2 soit 8 jours d’éclairage public à Paris ! En 2013, l’objectif de réduire le CO2 a été atteint. Lors de cette 6ème édition, le nombre d’usagers de transports en commun a augmenté ce qui a permis de réduire l’émission de CO2 à 208 tonnes, ce qui est encourageant !

Découvrir le parcours avec Xrun/trail
Les organisateurs de l’Eco-Trail de Paris ont confié en exclusivité à Xrun l’encadrement des reconnaissances officielles du parcours 2014.  L’équipe Xrun constituée de Vincent VIET (5ème à l’Ecotrail de Paris en 2013), Adrien TARENNE (2ème par équipe Saintelyon 2014) et Philippe HERISSON, kinésithérapeute ultra-trailer. Ils vous feront découvrir le parcours officiel, de jour comme de nuit, dans ses passages les plus stratégiques : programme

Questions à l’encadrement Xrun :

Quelles sont pour vous les nouveautés de l’édition 2014, allons nous vers une belle édition ?
Les nouveautés sont l’arrivée au Trocadéro pour le Trail 80km, distance phare de l’événement et épreuve figurant au programme du Trail Tour National (TTN) ainsi que la création d’un challenge Marche Nordique chronométrée commun avec l’Ultra-Marin Raid Golfe du Morbihan.

Quel sont pour vous les moments forts du parcours ? Les grosses difficultés ?
Les moments forts :

Un parcours qui fait découvrir aux coureurs les plus belles forêts Domaniales de la région Parisienne. Une des nouveautés, cette année pour le trail 80km, est le passage dans les jardins de Buc qui permet aux coureurs de découvrir le Château de Buc, souvent méconnu. Le passage dans le Château Saint-Philippe, où sont situés « Les apprentis d’Auteuil », représente l’une des plus belles vues de tout le parcours du Trail 80km. Le parcours donne lieu à des privilèges pour les participants du Trail 30km et du Trail 80km comme le passage par l’Observatoire de Meudon uniquement ouvert pour les coureurs le jour de l’évènement. Et la traversée du Domaine du Château de Versailles pour le Trail 50km. Tous les participants passeront ensuite par le Domaine National de Saint-Cloud où un ravitaillement festif est installé à la Lanterne. Sans oublier l’arrivée somptueuse au pied de la Tour Eiffel, avec une théâtralisation au niveau des Bassins du Trocadéro pour l’arrivée du Trail 80km.

Les difficultés :

La grosse difficulté pour les coureurs du Trail 80km reste de se contenir les 20 premiers kilomètres, qui sont assez roulant, et d’attaquer ensuite les 1500 mètres de dénivelé entre le 20ème km et le 55ème sous forme de nombreux raidillons. Lorsque la météo est pluvieuse le parcours devient vite boueux, la vitesse des coureurs est donc fortement diminuée. Attention aux barrières horaires !

Quel est le plus Xrun sur ces reconnaissances ?
Xrun est en effet le nouveau partenaire officiel de l’Eco-Trail de Paris pour les reconnaissances du parcours officiel 2014. Les recettes qui font le succès de Xrun seront bien présentes. Tout d’abord la qualité de l’encadrement avec des entraîneurs expérimentés : Vincent Viet, 5ème à l’Eco-Trail de Paris 80 km en 2013 et Adrien Tarenne 2ème par équipe à la Saintelyon 2014. Pour des conseils personnalisés, 3 groupes de niveau (experts, intermédiaires et débutants) sont organisés, encadrés par une douzaine de coachs Xrun. Conformément à son engagement d’associer la partie santé au domaine sportif, Philippe Hérisson, kinésithérapeute spécialiste de la prévention et du traitement des blessures en course à pied, traileur et ultra-traileur (finisher UTMB) sera présent sur les 4 entraînements.

Enfin,  encadrées par Denis Langlois (60 sélections en équipe de France de marche), les reconnaissances du 8 février et du 16 mars seront ouvertes aux amateurs de marche nordique.

Tout cela se fera dans la bonne humeur et le plaisir de partager notre passion commune. Pour vous préparer au meilleur, Xrun vous propose son offre spéciale « Eco-Trail de Paris » : 12 séances d’entraînement +  3 sessions de reconnaissance du parcours officiel à 134€/mois au lieu de 144€/mois. Enfin, pour les 20 premiers inscrits adhérants à un abonnement complémentaire de 3 mois, Xrun offre votre 7ème mois d’abonnement et votre dossard à une des épreuves de l’Eco-Trail de Paris® (soit 221€ d’économies supplémentaires)

Plus d’infos sur le site de l’épreuve : http://www.traildeparis.com ou sur www.xrun.fr

We can try (week end trail)…

Le grand événement trail avait une fois de plus planté son barnum au pied de la tour Eiffel. Mélant le chemin bucolique au denivelé digne de monts alpins et un final dans l’esprit urban trail. C’est ce cocktail qui plait à ce que les mauvaises langues appellent le bobo trail. Peut importe de savoir si c’est un vrai ou un faux trail, ce qui compte c’est le plaisir qu’il procure à ses participants.

Je n’avais pour ma part jamais participé à une course nature, quand l’occasion s’est présentée le mercredi (soit 3 jours avant l’épreuve) j’ai dit pourquoi pas ?
Salvio un ami de la Runnosphère, me proposa son dossard, se sentant trop fatigué par sa préparation marathon. Partant du principe que j’avais une sortie de 33 km à faire dans le cadre de ma préparation marathon de Paris ce week end là, je répondis : « pourquoi pas » ?

Me voilà dans le RER qui nous mène au départ de la course de 30 km à l’Observatoire de Meudon. Première différence avec l’ambiance marathon, le « matos » les coureurs possèdent pour la plupart de sacré attirails, cela me rappelle l’ambiance triathlon ou les athlètes traquent le derniers ustensiles à la mode. Certains possèdent en plus de la poche à eau, deux bidons sur le devant. Je commence à me poser des questions avec ma simple gourde ? Beaucoup ont des chaussures spécifiques avec grip et renfort leurs permettant de franchir les « pierriers » ou les torrents sans problèmes. Le soucis c’est qu’il n’y a pas ça en région parisienne ! C’est chaussé d’une simple paire de running que je prends le départ.

Observatoire de Meudon, départ du 30 km
Nous sommes à vue de nez 2000 coureurs pour cette distance. Je papote avec les nombreux amis (Nike Running Club, NAC et Runnosphère). Quel bonheur de pouvoir profiter de la course sans stress et sans objectif !

Coup de pistolet, c’est parti ! Départ en côte à froid, nous sommes quasiment à la fin du peloton. Les premiers kilomètres sont pénibles car impossibles de doubler, nous subissons un rythme qui n’est pas le nôtre.

Les premières difficultés arrivent
J’avais sous-estimé cette course, je ne pensais pas qu’il puisse y avoir de telles côtes ! En trail, dans les côtes, tout le monde marche. Nous sommes dans cette grande procession qui nous mène au sommet. Notre groupe, constitué d’Olivier (NAC), Adrien (Etoiles du 8e) et Sébastien (NRCP), avance dans une ambiance bon enfant, nous échangeons nos avis sur le trail et sur le parcours.

Cela ne durera qu’un temps, la seconde vague d’ascensions situées à partir du 12e km aura raison de notre joie de vivre. Le groupe explose, nous convenons que chacun doit le faire à son rythme pour ne pas avoir de pression. 15e km de longue montées très larges nous permettent avec Olivier de remonter sur les concurrents. A tel point que les bouchons du début ont laissé la place à la solitude dans le Parc de Saint-Cloud. 20e Km le ravitaillement est sur le balcon du parc avec une vue magnifique sur Paris et au loin l’arrivée symbolisée par la Tour Eiffel.

J’aime trop le marathon, pour me passer de Paris.

Ravitaillement du 20 km
Il est vraiment le bienvenue, car je n’ai plus d’eau depuis un quart d’heure. Je pensais naïvement que mon bidon suffirait. Mais la température est élevée est l’organisme est mis à rude épreuve. Je bois (avec mon gobelet perso) une préparation Effinov à grande rasade.  Je me jette comme un affamé sur une pauvre tablette de chocolat. Nous marchons un peu, le temps de faire des photos et nous attaquons la descente sur le pont de Sèvre. Les difficultés sont terminées, après la descente ce sera un parcours très roulant jusqu’à l’arrivée. Il reste 10 km le corps possède encore du répondant. Nous allons commencer avec Olivier une remontée incroyable, nous doublons les concurrents par dizaines. Preuve que notre préparation marathon est bien assimilée, nous n’avons pas de crampes ou de douleurs aux jambes.

A partir d’Issy-les-Moulinaux le parcours est beaucoup moins beau, entre Seine et route. Entre voitures et immondices sur le trottoir, beaucoup moins glamour. La tour Eiffel nous attend, elle nous indique la bonne direction. A ce moment là nous savons que plus rien ne peut nous arriver, aucune défaillance ne viendra gâcher cette belle sortie longue. Dernier kilomètre, nous venons grossir le flot de touristes aux abords de la dame de fer. Nous avons le sourire, nous y sommes, nous l’avons fait ! Notre premier trail…

Les 30 km sont bouclés en 2h 44’, la semaine d’avant nous les avions courus en 2h 21’ dans le bois de Boulogne, preuve que le dénivelé casse bien le rythme.

Immédiatement les amis me disent : « alors, l’an prochain tu fais le 50 ou le 80 km » ? Ma réponse est catégorique, non ! J’aime trop le marathon, pour me passer de Paris. Plus tard peut être…
En attendant le film que j’ai réalisé lors de cette édition, voila un beau documentaire sur l’Ecotrail 80 km de 2010.