Marathon Nice Cannes 2013


En seulement quelques années le marathon Nice Cannes a réussi à s’imposer à la seconde place derrière Paris. Pas de mystère, un parcours magnifique, une organisation sans faille. Il n’en faut pas moins pour ravir les marathoniens pourtant très exigeants. Cette année c’est notre ami Frédéric PICCHIARINI, patron de l’agence de relations presse sport Epic, qui se livre au délicat exercice du récit. Il aborde ce marathon avec une campagne menée tambour battant pour une célèbre marque de montre GPS qui lui a quelques peu puisé son énergie.

“Mon 1er marathon des Alpes Maritimes”

Dès la sortie de l’aéroport, je suis saisi par la différence de climat en ce samedi 9 novembre. Mon accoutumance à la météo parisienne, aggravée par des origines nordistes, se heurte à une douceur météorologique qui me donne l’impression d’être dans un autre pays et en vacances qui plus est. Le marathon de Nice Cannes surprend d’abord par son dépaysement et le bien être qu’il procure.

Fred PicchiariniCette parenthèse ensoleillée permet aux coureurs d’appréhender la course dans des conditions idéales. La séquence touristique terminée, il ne reste plus qu’à passer une dernière nuit de sommeil avant d’affronter la ligne bleue. Dimanche 10 novembre. Le départ est prévu à 8h. C’est tôt, mais il faut pouvoir rapidement libérer la zone de l’aéroport que croise le parcours au km 5. Le soleil est encore au rdv, ça parle anglais, italien , néerlandais, un peu français et d’autres langues encore en plus du kenyan et de l’éthiopien qui se pratiquent loin de mon sas des 3h30.

Les 10 premiers kilomètres s’avalent au rythme de la grand bleue qui nous accompagne presque tout au long du parcours sur notre gauche. Nous traversons Saint Laurent du Var, une petite boucle dans Marina Baie des anges et ses immeubles aux formes triangulaires du pire effet. Après une interminable ligne droite entre la voie ferrée et une plage de galets peu accueillante, nous atteignons le semi avant de rentrer dans Antibes- Juan les Pins et son centre ville typique de l’architecture de la région. C’est magnifique. Cette beauté pourrait presque me faire oublier le dénivelé positif qui freine ma progression. Je ne savais pas que le pire était encore à venir.

Au delà des faux plats montants, des côtes, une tempête de vent pouvant atteindre 80kms en rafale vint cueillir les coureurs et sévèrement faire fléchir leur moyenne. Difficile alors d’apprécier l’agrément du panorama. Même si des points de vue plus beaux les uns que les autres jalonnent notre chemin , le vent m’empêche de l’apprécier. C’est devenu un adversaire à combattre au même titre que le mental qui s’émousse à cause d’une préparation perfectible.

Le km 37 se profile avec en plus l’apparition de crampes qui feront dégringoler ma moyenne. D’étirements en progression à saute pied je bouclerai ce premier Nice Cannes en un peu plus de 3h31mn aux pieds de l’hôtel CARLTON, accueilli par une foule en liesse.

Mon seul regret sera de n’avoir pas pu profiter complètement des paysages à cause de douleurs trop envahissantes. C’est décidé, je participerai à une nouvelle édition de cette course qui conjugue, dépaysement, beauté des paysages, ambiance et encouragement sur la route et une organisation sans faille.”

https://www.facebook.com/agenceepic

Publicités

Préparation marathon : le bon plan !

Préparation marathon

A quelques semaines du marathon de Paris, il est temps de se préoccuper de sa préparation et de choisir la bonne méthode. Après avoir testé diverses méthodes qui m’ont toutes fait progresser, me voilà au cœur d’une mini-révolution avec un entraînement personnalisé qui fait quasi-abstraction de pistes et de mes repères naturels.

J’ai démarré depuis le mois de janvier une préparation avec Anne Valéro une athlète de haut niveau préparatrice physique et coach. Son terrain de jeu actuel c’est la montagne et le trail running, mais elle a pratiqué longtemps la course sur route et le triathlon au plus haut niveau.

Il y a trois, j’ai suivi un plan du hors série Jogging International, qui m’a amené à faire 3h20. Ce n’est pas la faute au plan, mais à mon objectif qui n’était pas réaliste. Je me suis pris le mur de plein fouet lors du marathon Nice-Cannes. J’en garde un souvenir douloureux.

Il y a deux ans, je pensais déjà être en 3h sur marathon, j’ai suivi les recommandations d’un coach qui entraînait un petit groupe. Bilan, 3h12 et une grande amertume des deux côtés. Arrêt brutal de notre collaboration.

Il y a un an, j’étais sûr d’être en 3h, je m’en remets entièrement aux compétences de l’entraîneur de mon club de Nanterre. Bilan 3h06 à Paris, mon meilleur chrono, mais pas encore 3h. Alors que faut-il faire pour passer cette satanée barrière ?

Anne Valéro

Rencontre avec Anne Valéro
Les hasards de la vie et du blog m’amènent à faire la connaissance d’Anne Valéro. Je ne pratique pas du tout le trail, mais nous accrochons tout de suite. Nous échangeons nos points de vues, sur la préparation et les méthodes. Et de fil en aiguille me propose une collaboration. J’hésite dans un premier temps par respect pour mon entraîneur de club. Mais après discussion avec celui-ci, je dis « oui » ! Il me rappelle, qu’il n’a pas la science infuse, et que chaque nouvelle expérience est enrichissante.

Construction du plan
Anne ne sort pas un plan, tout prêt quelle a photocopié pour moi, il s’agit d’une véritable collaboration, qui s’appuie sur mon vécu, mon âge, mes disponibilités et surtout mon objectif ! Après de nombreux entretiens, j’obtiens enfin le sésame.

Rien, n’est comme avant ! Il y a des abdos et du gainage tous les jours. Peu de séances sur piste, la plupart sont sur route ou en côtes. Le programme est beaucoup plus chargé en volume, là où je faisais 10 x 300 m sur piste autrefois, je fais deux fois 10 x 1 minute en côtes…

Pour l’instant, mon corps me rappelle ces changements, j’ai parfois l’impression de débuter tant mes jambes me font souffrir le soir. Idem pour les abdos…

Les plus d’un coaching personnalisé
Après chaque séance vous envoyez par mail votre ressenti, et le coach ajuste le plan en fonction. Il est arrivé que l’on supprime une séance dans la semaine pour éviter le surmenage ou que l’on revoit la semaine suivante en fonction des ressenties de la précédente.

Le résultat ?
Pour l’instant, je n’ai pas encore couru de compétition, il faudra attendre le semi-marathon de Paris pour voir si je suis dans les rails. J’ai un record à 1h 25, je me verrai bien en dessous ?

En résumé
Il n’y a pas de recette miracle, le bon plan c’est celui qui allie le plaisir à la performance. Certains autour de moi, me disent « je n’aimerai pas avoir une nounou à qui je dois raconter tout ce que je fais ! », ben moi, j’adore !

Contact avec Anne Valéro sur http://annevalero.com/ ou par mail : anne.valero29@gmail.com

Ecotrail de Paris Anne Valéro